Navigation – Plan du site
2017

Monastère Saint-Pierre d’Osor (Croatie, île de Cres)

Bilan de la mission franco-croate 2016
Sébastien Bully, Morana Čaušević-Bully, Miljenko Jurković et Iva Marić
UMR ARTeHIS 6298 du CNRS (Dijon-Auxerre), Université Bourgogne Franche-Comté / UMR Chrono-Environnement, Centre IRCLAMA de l’Université de Zagreb, École française de Rome

Notes de l’auteur

Avec une contribution de Lucija Dugorepec et Martina Blečić Kavur. Avec les auteurs de cet article, l’équipe archéologique était formée par Ivan Valent, (responsable de secteur), Brunilda Bregu, Thomas Chenal, Valentin Chevassu, Jessy Crochat, Anaïs Deliste, Mélanie Grenot, Matthieu Le Brech, Hugo Parent, Adrien Saggese et Ornella Salvi. La mise au propre des relevés par orthophotographie de Thomas Chenal est redevable à Anthony Dumontet (UMR ARTEHIS) et Matthieu Le Brech. L’essentiel de la gestion et de la logistique de l’opération est géré par les structures aIPAK et APAHJ.

Texte intégral

  • 1 Le projet de collaboration franco-croate sur le monastère Saint-Pierre d’Osor repose sur un partena (...)

1Menée du 30 mai au 24 juin, la campagne 2016 a porté sur le vestibule de l’église romane (Esp. V) et sur le secteur bordant la moitié ouest de l’église sur son flanc nord (Esp. VI)1 (fig. 1 et 2). 

Fig. 1 – Vue générale à l’achèvement de la fouille 2016 (cl. M. Vuković)

Fig. 1 – Vue générale à l’achèvement de la fouille 2016 (cl. M. Vuković)

Fig. 2 – Plan pierre à pierre des Espaces V et VI

Fig. 2 – Plan pierre à pierre des Espaces V et VI

La fouille du vestibule (Espace V)

2C’est lors de la première campagne de fouille en 2006 que nous avions identifié un vestibule, contemporain de la nef, par la découverte du prolongement 5.100 du mur gouttereau nord 101, chaîné avec un mur de façade interne 5.103 et la façade externe 5.101.

3Le vestibule est situé dans une propriété privée, séparée de la parcelle voisine accueillant le reste de l’église par un épais mur en pierre sèche (151). En préalable de la fouille, le mur a été démonté sous surveillance archéologique afin de prélever les fragments de sculptures remployés dans sa construction. Le décapage mécanisé de la couche d’humus du jardin – sur une profondeur d’environ 0,50 m – a été arrêté à l’apparition des premières arases de maçonnerie et des niveaux de démolition du vestibule (fig. 3) – présents uniquement dans le comblement des fosses à inhumation dépourvues de leurs couvertures ou de dépressions. La fouille a rapidement permis de circonscrire le plan légèrement trapézoïdal du vestibule (Esp. Vb), de 3,32 m au nord pour 3,04 m au sud par 11,12 m de longueur (dimensions intérieures) (fig. 4). Son emprise a débordé sur une bande externe de 1,20 m (Esp. Vc) en bordure de la façade et du mur sud. Dans l’Espace V, ce sont 55 individus qui ont été fouillés.

Fig. 3 – Décapage de l’espace du vestibule et apparition des premiers murs (cl. T. Chenal)

Fig. 3 – Décapage de l’espace du vestibule et apparition des premiers murs (cl. T. Chenal)

Fig. 4 – Plan de l’église du XIe s. (d’après équipe de fouille)

Fig. 4 – Plan de l’église du XIe s. (d’après équipe de fouille)

4Contrairement à notre première hypothèse de restitution du vestibule – par comparaison avec celui de « l’abbatiale-sœur » de Pomposa (Italie) –, le vestibule comporte une seule entrée en façade externe (5.131), dans l’axe, comme il se doit, du portail interne 5.113 (fig. 5). L’ouverture 5.131, de 2,40 m de large, conserve un fragment de son seuil ; elle est encadrée par deux petites maçonneries en saillie (5.147 et 5.146), d’environ 0,20 x 0,40 m, qui ont leur pendant (5.150 et 5.149) de part et d’autre du portail interne 5.113. Il pourrait s’agir soit d’un système de lésènes intérieures, soit de pilastres recevant les arcs doubleaux d’une travée centrale voûtée, ou bien encore des arcs diaphragmes. C’est un point important de l’analyse architecturale du vestibule qui nécessitera d’être approfondi, ce d’autant que ces petites bandes maçonnées en saillie délimitent clairement une partition de l’espace. Et la contemporanéité des « lésènes » avec les murs du vestibule – démontrée par le chaînage des maçonneries – atteste que la partition de l’espace appartient au parti primitif de la construction.

Fig. 5 – Vue générale depuis le sud du vestibule après la fouille (cl. T. Chenal)

Fig. 5 – Vue générale depuis le sud du vestibule après la fouille (cl. T. Chenal)

5Le premier espace ainsi défini est la « travée centrale », qui regroupe quatre tombes en situation privilégiée (5.158, 5.134, 5.170 et 5.180), dont trois tombes maçonnées (cf. fig. 5). La « travée centrale » conserve les vestiges d’un sol dallé (5.106-5.1037) situé autour de la cote altimétrique 11,32 m.

6Une nouvelle paire de « lésènes » au nord (5.151 et 5.148) forme avec les bandeaux maçonnés 5.147-5.150 une seconde « travée », plus étroite, de seulement 0,80 m. La « travée » accueille également une tombe maçonnée (5.133) et une importante réduction (5.149) – contemporaine de l’installation du caveau – cantonnée entre les « lésènes » 5.147 et 5.148 (fig. 6). Mais l’arase des murets du caveau 5.133 est à une cote altimétrique quasiment identique aux dalles 5.1037, indiquant clairement que la couverture du caveau, plus haute, formait par conséquent une marche pour accéder à un nouvel espace dans le tiers nord du vestibule.

Fig. 6 – Réduction 5.149 entre les lésènes en revers de façade du vestibule (cl. S. Bully)

Fig. 6 – Réduction 5.149 entre les lésènes en revers de façade du vestibule (cl. S. Bully)

7Ce nouvel espace, de ± 2,20 x 3,20 m, limité par la paire de « lésènes » 5.151-5.148, conserve les lambeaux d’une préparation de sol en mortier (5.1005) situé autour de la cote 11,60 m. On y accède donc à travers une seule marche, assez haute, d’une trentaine de centimètres, au-dessus de la tombe 5.133, ou d’un double emmarchement au niveau des paires de « lésènes » 5.147-5.150 et 5.148-5.151. Cette subdivision à l’intérieur du vestibule, marquée architecturalement par les « lésènes » et la différence de niveaux de sols, se traduit également par un usage différent de l’espace du tiers nord. Contrairement au reste du vestibule, celui-ci n’accueille aucune tombe, mais un dispositif singulier (Str. 5.140), formé par un gros pot globulaire – d’environ 40 cm de diamètre et autant de hauteur – enterré dans le sol (fig. 7). La stratigraphie indique clairement que la céramique est contemporaine de la construction du vestibule : elle est déposée à partir d’un niveau de sol de travail – cote altimétrique 11,26 m – contemporain de l’église (sol 5.138 ; fig. 8) dans une fosse d’une vingtaine de cm de profondeur. Le sol 5.138 est ensuite recouvert de deux couches de remblais (5.1007 et 5.1079) – supportant la préparation de sol 5.1005 – dans lesquels est englobée la céramique. L’ouverture du pot se trouvait grosso modo au niveau du sol de préparation 5.1005, impliquant peut-être un système d’obturation par une planche ou une dalle. La question de son obturation, ou pas, comme de la nature de cette obturation, et par conséquent de son degré de visibilité dans l’espace du vestibule, en entraîne une autre : celle de la raison d’être de ce dispositif. À ce jour, nous n’avons pas de réponse, en l’absence notamment de comparaisons. Parmi les différentes hypothèses, nous travaillons sur celles d’un contenant pour : 1) un dépôt de fondation ; 2) des reliques ; 3) des offrandes.

Fig. 7 – Travée nord du vestibule : apparition du pot dans le niveau de préparation du sol (cl. S. Bully)

Fig. 7 – Travée nord du vestibule : apparition du pot dans le niveau de préparation du sol (cl. S. Bully)

Fig. 8 – Travée nord du vestibule : vue du pot après la fouille (cl. S. Bully)

Fig. 8 – Travée nord du vestibule : vue du pot après la fouille (cl. S. Bully)
  • 2 Centre de radiologie de l’hôpital de Mali Lošinj (rayons X de faible intensité) ; équipe de contrôl (...)
  • 3 Par Mario Novak, Institut d’anthropologie de Zagreb.
  • 4 Par Ivan Valent.
  • 5 Par Mateja Hulina, Eberhard Karls Unversitat Tubingen, Philosophishe Fakultat, Institut für Ur- und (...)

8Après le prélèvement du pot, nous avons effectué différentes radiographies de son remplissage2 avant sa fouille en laboratoire3, sans résultats. L’étude typo-chronologique de la céramique est en cours4, tout comme des analyses de pâte qui devrait permettre de déterminer si le pot a contenu des restes organiques lipides5 – dans une fonction première de stockage ?

  • 6 Nous remercions vivement Vivien Prigent (CNRS, Umr Orient et Méditerranée 8167) pour cette première (...)
  • 7 Sur la côte orientale adriatique, les solidi de l’empereur Romain III Argyre commencent à être ment (...)

9On notera encore que si les tombes sont totalement absentes dans le tiers nord du vestibule, l’angle externe nord-est du vestibule est bordé par un chapelet de quatre nouvelles tombes maçonnées : 2 en façade (5.136, 5.172) et 2 le long du mur gouttereau (6.166, 6.168), alors que l’angle sud-ouest l’est seulement par des tombes en pleine terre ou en cercueil. La tombe maçonnée 6.168 a livré dans son comblement deux solidi de l’empereur byzantin Romain III Argyre (1028-1034)6 (fig. 9). En raison de leur situation stratigraphique dans la tombe et d’une fréquente thésaurisation, elles ne peuvent fournir qu’un terminus post-quem. Il n’en demeure pas mois que ces deux monnaies sont contemporaines des toutes premières années du monastère et qu’elles constituent l’un des rares témoignages matériels de Byzance à Osor pour cette période7.

Fig. 9 – Monnaies byzantines découvertes dans la tombe maçonnée 6.168 (cl. I. Valent)

Fig. 9 – Monnaies byzantines découvertes dans la tombe maçonnée 6.168 (cl. I. Valent)
  • 8 Etude en cours par Inès Pactat.

10Les tombes maçonnées dans la « travée » centrale du vestibule accueillent à la fois des hommes et des femmes. Certaines inhumations étaient accompagnées de dépôts de fioles8 en verre (Sep. 5.144, Ind. 525) (fig. 10) ou de petit pot en céramique (Sep. 5.147, Ind 511) (fig. 11). Des pièces de mobilier funéraire (bagues et médailles de rosaire) indiquent que certaines inhumations dans le vestibule et contre sa façade sont tardives et pourraient précéder de peu la démolition de l’église romane au moment de sa rétraction aux XVe-XVIe s. L’individu 446 inhumé dans le caveau 5.133 se distingue par un surprenant dépôt de fer à cheval (fig. 12). On notera la situation (intérieure et extérieure) au niveau des seuils de deux tombes maçonnées (5.134 et 5.132), à l’image de ce que nous avions déjà rencontré pour l’entrée dans le bas-côté sud de l’église.

Fig. 10 – Fiole de verre en dépôt funéraire dans la sépulture 5.144 (cl. V. Chevassu)

Fig. 10 – Fiole de verre en dépôt funéraire dans la sépulture 5.144 (cl. V. Chevassu)

Fig. 11 – Pichet en céramique en dépôt funéraire dabs la sépulture 5.147 (cl. V. Chevassu)

Fig. 11 – Pichet en céramique en dépôt funéraire dabs la sépulture 5.147 (cl. V. Chevassu)

Fig. 12 – Fer à cheval en dépôt funéraire dans la sépulture 5.133 (cl. H. Parent)

Fig. 12 – Fer à cheval en dépôt funéraire dans la sépulture 5.133 (cl. H. Parent)

11Le tiers sud du vestibule est délimité par les « lésènes » 5.146 et 5.149 de part et d’autre des ouvertures 5.113 et 5.131. Le long du mur sud (5.152), on retrouve un niveau de travail (5.1075) autour de la cote 11,24 m, équivalent au sol 5.138 bien reconnu dans le tiers nord. Le sol de travail est recoupé par une fondation maçonnée (5.191), légèrement décollée du mur ouest 5.101, grossièrement quadrangulaire, d’environ 0,80 x 0,80 cm (fig. 13 et 5). Dans une seconde phase, la structure maçonnée est arasée et scellée par un mince lit de mortier en préparation d’un nouveau sol (5.1033-5.1034). Limité dans le tiers sud du vestibule, ce nouveau sol – dont on conserve deux dalles irrégulières le long du mur sud 5.152 – intervient comme la réfection d’un dallage percolé de fosses à inhumations. Cette partie du vestibule se distingue en effet par des inhumations en pleine terre, mais surtout par une importante densité de tombes d’enfants, sans équivalent jusqu’à présent pour une surface aussi contrainte. Cette concentration pose la question de la structure maçonnée 5.191, qui pourrait être interprétée comme la fondation d’un bénitier ou de fonts baptismaux. Cette dernière hypothèse est renforcée par les matériaux de construction utilisés dans le proche caveau 5.170. Il s’agit en effet d’éléments architecturaux (colonnette) mais surtout de plusieurs fragments d’une paroi incurvée pouvant appartenir à une cuve (fig. 14). En stratigraphie, le creusement du caveau 5.170 dans le niveau de préparation 5.1033 démontre qu’il est postérieur à la démolition de la structure 5.191. Une étude plus détaillée des blocs en remploi sera nécessaire pour valider cette hypothèse. C’est donc sur une possible fonction baptismale, et par conséquent paroissiale, de l’église monastique, que les données archéologiques pourraient nous renseigner. Rappelons seulement que l’étude anthropologique des populations inhumées et la géographie funéraire du monastère plaident déjà largement en ce sens.

Fig. 13 – Fondation maçonnée (d’une cuve baptismale ?) dans le tiers sud du vestibule (cl. T. Chenal)

Fig. 13 – Fondation maçonnée (d’une cuve baptismale ?) dans le tiers sud du vestibule (cl. T. Chenal)

Fig. 14 – Détail des blocs (d’une cuve ?) en remploi dans la tombe maçonnée 5.170 (cl. I. Marić)

Fig. 14 – Détail des blocs (d’une cuve ?) en remploi dans la tombe maçonnée 5.170 (cl. I. Marić)

La fouille de l’Espace VI : bilan préliminaire

12La fouille du flanc nord de l’église du XIe s. engagée en 2015 a été poursuivie cette année et sera achevée seulement l’année prochaine. C’est en effet un secteur extrêmement dense en sépultures et complexe en structures (fig. 15). Le secteur traité correspond à l’emprise du « Bâtiment conventuel nord » ou « Bâtiment G », limité à l’est par le mur 6.109, au sud par le mur gouttereau de l’église 101-5.100 et au nord par le mur incurvé 154-5.102. 

Fig. 15 – Vue générale, depuis l’ouest, de la fouille de l’Espace VI (cl. S. Bully)

Fig. 15 – Vue générale, depuis l’ouest, de la fouille de l’Espace VI (cl. S. Bully)

13Les travaux de cette année ont porté essentiellement sur les 48 inhumations réparties sur différents plans. Cette aire funéraire fonctionne assurément avec l’église romane. Il s’agit pour l’essentiel de sépultures en pleine terre ou en cercueil cloués, à l’exception des deux tombes maçonnées déjà évoquées supra, adossées contre le mur gouttereau nord. Les inhumations se distinguent nettement de celles fouillées à l’intérieur de l’église et de son vestibule par la quasi-absence de mobilier funéraire, hormis de nombreuses boucles de vêtements en bronze situées au niveau des têtes de fémurs (fig. 16). On retrouve cette particularité dans le cimetière des laïcs fouillé au chevet de l’église. Le type de recrutement est également identique, tout comme les modes d’inhumations.

Fig. 16 – Boucles de vêtement de sépultures de l’Espace VI (cl. J. Crochat)

Fig. 16 – Boucles de vêtement de sépultures de l’Espace VI (cl. J. Crochat)

14En revanche, les relations entre l’aire funéraire et les murs du Bâtiment G restent à éclaircir. Le mur oriental 6.109 est assurément antérieur aux inhumations, qui s’adossent contre son parement, alors que le mur nord 154, pourtant contemporain du précédent, recouvre la Sep. 6.133-Ind. 430 – fouillée en 2015, installée dans la canalisation 6.134. Mais une première analyse du mur 154-5.102 laisse apparaître au moins deux phases. Sa première phase pourrait être contemporaine d’une partie du mur 6.109 et d’un mur parallèle à ce dernier (6.131), retrouvé en fouille, alors que dans une seconde phase, il est en partie repris en élévation et prolongé vers l’ouest (mur incurvé 154). Le mur 154, adossé contre l’angle du vestibule, nous assure que cette phase est assurément postérieure à l’église romane. Mais à ce stade des recherches, on ignore encore la chronologie relative entre la première phase du Bâtiment G et le mur gouttereau sud de l’église romane. Seul le mur 6.131 est clairement antérieur à la phase romane de l’église Saint-Pierre. La lecture de la relation entre ce mur et une canalisation (6.134) qui le traverse est moins évidente. Sur ce dernier point, comme sur les précédents, la poursuite de la fouille des niveaux de sol antérieurs aux inhumations – et entrevus cette année – ainsi que la vision complète des fondations devraient nous permettre d’appréhender les structures antérieures au cimetière et leur phasage.

15Nos espoirs reposent également sur la caractérisation d’une possible occupation artisanale antérieure au cimetière (peut-être en lien avec la première phase du Bâtiment G), comme l’indiquerait la découverte de scories métalliques, la présence de zones foyères, d’une structure à « double chambre » (6.167-6.189), hydraulique ou de combustion – non fouillée –, adossée contre le parement ouest du mur 6.131 (fig. 17), et peut-être de la canalisation 6.134, assurément antérieure au cimetière (fig. 18). Ces niveaux ont été seulement effleurés lors de la fouille des sépultures cette année et constitueront l’enjeu principal de la campagne 2017. Ils recouvrent une maçonnerie (6.181) observée au pied du mur 154, qui présente un mortier caractéristique de la phase du IIIe-IVe s. déjà bien reconnue sur le site. 

Fig. 17 – Structure à « double chambre » de l’Espace VI (cl. J. Crochat)

Fig. 17 – Structure à « double chambre » de l’Espace VI (cl. J. Crochat)

Fig. 18 – Détail de la canalisation 6.134 sous le caveau 6.130 (cl. J. Crochat)

Fig. 18 – Détail de la canalisation 6.134 sous le caveau 6.130 (cl. J. Crochat)

16Concernant le Bâtiment G médiéval, le mur 6.109 est percé de deux ouvertures (6.110 au nord et 6.193 le long de l’église) et le mur nord 154 est percé d’une baie (6.194) dont on conserve le tableau ébrasé est. Les deux ouvertures dans le mur est 6.109 supposent la présence d’un sol (non conservé) à l’intérieur du bâtiment, mais dont le niveau serait très proche des cotes altimétriques des inhumations. Dès lors, l’établissement du cimetière ne peut qu’être contemporain de l’obturation des ouvertures et du remblaiement partiel du bâtiment monastique, consécutifs de son abandon et de sa transformation en simple clôture de cimetière. En contenant des terres, le mur 6.109 fait alors office de mur de terrasse, terrasse à laquelle on accède par l’escalier 6.113 flanqué contre son parement externe. Dans un second temps, le parement interne du mur 6.109 est bordé d’un caveau massif (6.130) qui accueillit cinq individus avant d’être scellé par un épais ossuaire. Le caveau 6.130 recouvre des tombes, alors que d’autres le borde, attestant en stratigraphie qu’il s’agit bien d’une structure funéraire dès l’origine. Ces interrogations sur la nature et la chronologie relative de la structure 6.130 étaient essentiellement liées à son mode de construction, avec un parement externe soigné, et la nécessité d’un muret en doublage du mur 6.109. On peut répondre à ce dernier point par le besoin d’un support pour les dalles de couverture du caveau. En revanche, concernant le mode de construction des parements externes, nous restons dans l’expectative ; peut-être faut-il envisager que l’essentiel du remblaiement de l’enclos funéraire soit intervenu après la construction d’un caveau partiellement hors-sol à l’origine ? La stratigraphie n’a pas permis de répondre à cette question.

17Pour résumer, et dans l’état actuel de la fouille dans ce secteur, nous suggérons donc une première occupation des IIIe-IVe s. à laquelle succéderaient des installations artisanales ( ?) – de l’Antiquité tardive ou du haut Moyen Âge –, contemporaines ou antérieures à une première phase du Bâtiment G. Dans une troisième phase, le bâtiment G – dont on ne connaît pas la fonction – est repris dans ses élévations et agrandi en direction de l’ouest ; il est alors assurément accolé au mur nord de l’église romane. Dans une nouvelle phase, toujours contemporaine de l’église romane, il est en partie arasé et comblé pour accueillir une aire funéraire aménagée en terrasse. La dernière phase correspond à l’abandon du cimetière et à l’aménagement d’une cour pavée – fouillée en 2015 – sur la terrasse, contemporaine de la démolition de la grande église romane et de sa rétraction aux XVe-XVIe s.

18Parmi les nombreuses questions qui restent en suspens, il s’agira de définir les relations entre le phasage de ce secteur et celui des églises, antérieurement à la reconstruction du début du XIe s. Nous nous réinterrogerons également sur la fonction – fouloir ? – et la chronologie de la structure maçonnée circulaire (6.119) fouillée en 2010 à l’est du mur 6.109, et donc à proximité immédiate du possible secteur artisanal. 

État des découvertes de la sculpture

  • 9 Au total, le nombre d'unité s’élève à 257.

19À l’instar des années précédentes la très grande majorité des 41 pièces lapidaires9 mise au jour en 2016 sont fragmentaires et assez abîmées, ce qui rend difficile, sinon impossible l’identification précise des dispositifs auxquels elles appartenaient. Néanmoins, au fur et à mesure des campagnes et de l’avancement de l’élaboration du corpus détaillé, se dessinent différentes catégories de mobilier lapidaire qui vont de pair avec les grandes phases du site. 

  • 10 Ce fragment n’est pas inventorié et se trouve exposé dans le restaurant « Orfej » d’Osor. 
  • 11 Le motif d’astragale est employé sur les fragments retrouvées à Novigrad (M. Jurković, Il ciborio d (...)

20En ce qui concerne le mobilier liturgique, quelques fragments de plaques de chancel décorées ont été joints à notre catalogue. Malheureusement, pour la plupart, il s’agit de fragments de très petites dimensions, ce qui ne facilite pas leur interprétation, ni une datation précise. Seul un fragment (OSPE 119) se distingue par un décor de perles et de pirouettes et l’utilisation du trépan. Ce fragment peut être mis en relation avec un autre bloc qui se trouve à Osor10 ; il peut être daté de la fin du VIIIe ou du début du IXs. étant donné les analogies avec la plupart des fragments ayant ce motif retrouvé sur la côte Adriatique orientale11. Notons cependant que la majorité des éléments lapidaires présentant ce type de décor proviennent de tympans ou de ciboria, alors que notre fragment semble appartenir à une plaque de chancel.

  • 12 Voir le catalogue : N. Duval, E. Marin, C. Metzger et al. Salona I. Recherches archéologiques franc (...)

21Cette année, deux fragments de piliers de chancel ont été retrouvés. Alors que l’un d’eux date de l’époque carolingienne – déjà bien documentée sur le site –, le second (OSPE 155) peut être daté du VIe siècle. Il s’agit en effet de la partie basse d’un poteau-colonnette d’un chancel, caractérisé par une décoration moulurée plate à l’imitation des modèles constantinopolitains qu’on le retrouve sur toute la côte adriatique12. En dépit du contexte de sa découverte hors stratigraphie – dans un mur de parcelle en pierres sèches –, sa présence sur le site conforte notre hypothèse d’une église de l’Antiquité tardive aux origines de Saint-Pierre. 

  • 13 M. Jurković, Le portail de Saint-Pierre d’Osor, dans Ars auro gemmisque prior. Mélanges en hommage (...)
  • 14 Le même motif apparait sur le morceau 8 de la restitution proposée de la frise (Ibid., fig. 3).
  • 15 Ibid., p. 273.

22Pour la période de la fondation du monastère, deux fragments mis au jour, de dimensions un peu plus importantes, mais malheureusement en mauvais état de conservation, appartiennent très probablement au remarquable décor de frises de la façade romane13. D’après la restitution proposée sur la base des fragments existants – et pour la plupart exposés au musée d’Osor –, ces frises étaient ornées d’un rinceau dont les enroulements renferment des champs circulaires ; la tige grasse et très charnue s’achève par un profil en V au sommet. Dans les espaces libres ménagés entre les cercles et la bordure en bandeau s’insinuent des branchettes feuillues terminées par des volutes, ce qui est le cas de notre fragment OSPE 129 (fig. 19). Le motif de pomme de pin – qui est documentée à plusieurs endroits – se confirme avec le fragment OSPE 135. Tandis que dans l’espace des champs circulaires formés par le rinceau de certains des fragments répertoriés figurent des scènes de chasse, notre fragment semble quant à lui présenter un motif végétal ainsi qu’un élément ressemblant à une tresse à brin double14. Même si les frises décrites, du point de vue morphologique et iconographique, ne sont pas tout à fait identiques à l’arc du portail de la façade de Saint-Pierre, il a été démontré qu’en raison de l’emploi de certains motifs, elles doivent être mises en relation et rapprochées des sculptures de la haute Adriatique de Venise, de Pomposa ou encore de Torcello15 et datées probablement dans la première moitié du XIe siècle. 

Fig. 19 – Fragment de frise décorative de la façade romane de l’église Saint-Pierre (cl. I. Marić)

Fig. 19 – Fragment de frise décorative de la façade romane de l’église Saint-Pierre (cl. I. Marić)

23Cette campagne a également fourni un groupe de sept fragments (OSPE 146-152) remployés dans deux caveaux maçonnés. Tous les fragments sont de forme rectangulaire et présentent des « plaques » concaves à l’intérieur et convexe à l’extérieur, appartenant à une margelle ou une grande cuve circulaire. Dans l’état actuel, il est impossible de déterminer le diamètre de la cuve et de s’assurer de sa fonction initiale (cuve baptismale ?). En ce qui concerne sa datation, elle pourrait être contemporaine des premières phases d’utilisation du vestibule entre le XIe et le XIIIe s.

Les tombes de l'Âge du fer de l’espace V (M. Blečić Kavur)

24Durant la campagne de recherche sur le Monastère Saint-Pierre d'Osor menée en juin 2016, deux nouvelles tombes de l'époque de l'Âge de fer ont été découvertes au fond d’une tombe maçonnée médiévale (5.186) bordant la façade du vestibule. Ces deux tombes appartiennent désormais au groupe de cinq sépultures de l'Âge de fer découvertes sur le site, qui, par les différents rituels funéraires observés et la qualité du mobilier funéraire, témoignent de nouvelles et différentes connaissances de la culture de l’Âge du fer à Osor et dans l’archipel de Cres-Lošinj. Les deux sépultures sont marquées par le rituel d’inhumation en position fœtale, dont les parois sont aménagées en dalles calcaires dressées de champ, formant ainsi un caisson. Le matériel ostéologique est relativement bien préservé et il présente un grand intérêt pour une future analyse anthropologique.

25Quant au mobilier funéraire, une sépulture a été richement dotée, contrairement à son pendant beaucoup plus pauvre. Du point de vue typo-stylistique de chaque objet provenant des deux sépultures, on peut conclure qu’elles sont chronologiquement très proches.

Sépulture 5.184 (fig. 20)

Fig. 20 – Dépôt funéraire de la sépulture de l’Âge du fer 5.184 (cl. A. Saggese)

Fig. 20 – Dépôt funéraire de la sépulture de l’Âge du fer 5.184 (cl. A. Saggese)

26L’aménagement de la sépulture en caisson et en position fœtale est quasi intact - seules les parties supérieures ont été endommagées par les tombes médiévales. Le défunt a été paré de bijoux de grande qualité : une fibule massive en bronze à double spirale en « huit », avec au revers le système de fermeture à une aiguille ; trois bracelets en bronze aux extrémités pliées de sections réniformes ; trois perles en ambre qui se présentent sous deux variantes ; huit petites perles en verre bleu sous deux variantes de formes ; douze fragments de perles en os striées. Au vu de la classification typo-stylistique des objets énumérés, ainsi que de l’aspect plutôt gracile du défunt, il s’agit très probablement d’une sépulture de femme. La présence de la fibule massive en bronze de type « adriatique », ou de type B, est caractéristique des sépultures féminines, parfois infantiles, mais jamais masculines. L’ensemble des objets énumérés – fibule à double spirale, plusieurs bracelets, plusieurs éléments différents d’un seul collier (ambre, verre et os), ou encore plusieurs colliers composés de perles de verre, d’ambre et d’os – suggère un statut élevé de la personne inhumée. Il s’agit, pour la zone étudiée, d’une sépulture riche avec un ensemble de parure typique de tombes de la communauté protohistorique d’Osor, connue jusqu’alors uniquement dans les tumuli situés près de l’église Sainte-Marie du cimetière. Il convient de mettre en avant deux perles en ambre de forme polygonale, puisqu’elles présentent, par leur forme, le matériel spécifique au territoire d’Osor. On a considéré jusqu’alors que ce type de perle était utilisé uniquement pour décorer les aiguilles des luxueuses fibules de type Osor. Leur découverte dans ce contexte plaide en faveur de l’existence d’autres types d’utilisation, où on peut conclure qu’elles auraient pu être portées individuellement comme pendentifs, amulettes, colliers, etc. Les perles en verre et en os possèdent également un statut particulier, pas tant par leur détermination typologique, que par leur découverte assurée en contexte archéologique, ce qui est une première pour le mobilier de l’Âge de fer d’Osor. Cette découverte apportera donc une grande valeur scientifique pour les analyses de ce type de mobilier dans le futur.

Sépulture 5.185 (fig. 21)

Fig. 21 – Coffre de la sépulture de l’Âge du fer 5.185 (cl. A. Saggese)

Fig. 21 – Coffre de la sépulture de l’Âge du fer 5.185 (cl. A. Saggese)

27La sépulture 5.185 n’est que partiellement préservée, mais il s’agit également d’une inhumation en caisson en position fœtale. Malgré un inventaire plutôt pauvre, la stature gracile et les perles de différents types permettent de déterminer avec assurance le sexe féminin du défunt. Les éléments de la parure sont moins riches que dans la sépulture précédente : la fouille a permis de découvrir seulement trois perles en ambres et trois en verre. Les deux types de perles sont présentés dans deux variantes. Une perle en ambre est d’une forme aplatie, connue déjà sur Osor grâce au mobilier provenant des tumuli de la nécropole de Sainte-Marie du cimetière. Elles sont caractéristiques des sépultures féminines et/ou infantiles ; elles étaient portées seules ou alignées avec d’autres perles sur un collier. L’ambre, ainsi que le verre, possédait à l’époque des caractéristiques prophylactiques et apotropaïques, et était ainsi très apprécié comme moyen de protection durant la vie, mais aussi dans l’au-delà. Ces deux matériaux étaient considérés comme prestigieux et luxueux et étaient déposés exclusivement dans les tombes de personnalités d’un statut élevé et important pour la communauté.

28Dans tous les cas de figure, la riche tombe de la « dame d’Osor » de la sépulture 5.184 et celle, plus pauvre, de la sépulture 5.185, appartiennent à l’horizon de l’Âge de fer ancien de l’espace culturel du Kvarner. La première marque la parure féminine (ainsi que le concept de l’association de différents éléments de bijoux) d’un cercle aristocratique, marquée non pas par des objets importés, mais formellement et pratiquement par des objets travaillés et produits localement (fibule, bracelets, perles en ambre, verre et os). Les deux sépultures peuvent être datées de la deuxième moitié ou de la fin du IXe s. av. J.-C., ce qui correspondrait à la période de transition du HaB3 au HaC1 de la périodisation centre-européenne.

29Souffrant d’une baisse d’intérêt des chercheurs en protohistoire, la région du Kvarner demeure peu présente dans les approches globales de la culture matérielle du groupe culturel Liburne des Âges de bronze et de fer. Aussi, les inventaires de ces tombes permettront de fixer de manière considérable la datation du début de l’âge de fer dans l’espace culturel des communautés du Kvarner.

Conclusion

30L’année 2016 était la onzième campagne de fouille sur le site du monastère Saint-Pierre d’Osor. Mais à partir de la campagne 2017, c’est désormais vers la synthèse des résultats en vue de leur publication que nous nous orienterons après l’achèvement de la fouille des secteurs engagés. Parmi les questions qui attendent encore réponses, il s’agit désormais de savoir s’il existe des relations chronologiques et fonctionnelles entre l’église (État 1 protobyzantin ou 2 haut médiéval) et les installations – a priori – artisanales la flanquant au nord. Rappelons que le flanc nord de la nef précoce – à l’emplacement du bas-côté nord roman – est bordé de niveaux de sols présentant des traces d’impacts thermiques.

31La présence d’inhumations de femmes (d’après le mobilier funéraire) et d’enfants dans l’espace privilégié du vestibule monastique pose la question d’une fonction également paroissiale. À ce stade des recherches, l’hypothèse de Saint-Pierre comme un siège de la cura animarum de la cité d’Osor – avec fonts baptismaux ? – repose exclusivement sur l’interprétation des données archéologiques en l’absence de sources d’archives connues. Avec les sépultures de deux populations distinctes, mais en partie contemporaines, de moines et de paroissiens, c’est un corpus nourri et unique pour la région qui est – et sera – l’objet de toutes les attentions par les anthropologues.

32La fouille du vestibule pose d’autres questions en révélant un espace architecturalement élaboré et fonctionnellement « pensé ». En l’absence de comparaisons – recensées à ce jour –, nous restons dans l’expectative en ce qui concerne le dépôt de la poterie dans son tiers nord, tout en étant convaincu qu’il s’agit d’un dispositif majeur pour la compréhension de cet espace, et plus largement de l’église. Une des pistes de recherche que nous suivrons se penchera sur l’architecture byzantine contemporaine.

Haut de page

Notes

1 Le projet de collaboration franco-croate sur le monastère Saint-Pierre d’Osor repose sur un partenariat établi depuis 2006 entre l’UMR 6298 ARTeHIS du CNRS (Dijon-Auxerre) et le Centre international de recherches sur l’Antiquité tardive et le Moyen Âge de Zagreb-Motovun (IRCLAMA)/Université de Zagreb. Un partenariat a été établi avec l’École française de Rome depuis 2012 et avec l’université de Franche-Comté/UMR 6249 Chrono-Environnement depuis 2015.

Le financement des recherches est assuré par le ministère des Affaires étrangères et européennes français, les institutions croates (ministère de la Culture, ministère de la Recherche), l’École française de Rome et la fondation Caritas Veritatis envers laquelle nous exprimons toute notre gratitude.

2 Centre de radiologie de l’hôpital de Mali Lošinj (rayons X de faible intensité) ; équipe de contrôle qualité du chantier naval Viktor Lenać de Rijeka (rayons X plus puissants) ; centre de radiologie de l’hôpital de Dubrava de Zagreb (tomographie).

3 Par Mario Novak, Institut d’anthropologie de Zagreb.

4 Par Ivan Valent.

5 Par Mateja Hulina, Eberhard Karls Unversitat Tubingen, Philosophishe Fakultat, Institut für Ur- und Frühgeschichte und Archäologie des Mittelalters

6 Nous remercions vivement Vivien Prigent (CNRS, Umr Orient et Méditerranée 8167) pour cette première identification.

7 Sur la côte orientale adriatique, les solidi de l’empereur Romain III Argyre commencent à être mentionnés dans les sources à partir du dernier quart du XIe siècle (N. Jakšić, Solidus romanatus na istočnoj obali Jadrana, dans Starohrvatska prosvjeta III/12, Split 1982, p. 173-184). De toutes les monnaies byzantines des Xe et XIe siècles, cette monnaie – souvent nommée solidus romanatus dans les sources –, est le solidus le plus fréquemment découvert sur tout le territoire de la côte et de l’arrière-pays ainsi qu’en Herzégovine (Ibid., p. 178 ; I. Marović, Novac Romana III. Argira u Arheološkom muzeju u Splitu, dans Vjesnik za arheologiju i povijest dalmatinsku 99, 2006, p. 285) ; notre trouvaille est l’une des plus septentrionale avec une monnaie découverte à Baška (île de Krk), tandis que l’on trouve plusieurs mentions des Romanatos dans les sources d’archives de la ville de Krk des XIIe et XIIIe siècles (cf. N. Jakšić, Il caso dell’arconte Dobronà e del proconsole Gregorio, dans HAM 13/1, 2007, p. 140). En considérant cette surreprésentativité, accentuée par la brièveté du règne de Romain III, plusieurs théories ont été proposées, dont celle de N. Jakšić qui mérite que l’on s’y attarde. Ce dernier suggère en effet que la grande quantité de solidi romanati résulte du voyage à Constantinople que le proconsul Grégoire de Zadar avait entrepris auprès de l’empereur Romain III afin d’obtenir le support impérial dans la lutte pour l’autonomie de la Dalmatie et de ses communes face aux pouvoirs grandissant des Vénitiens et du royaume croate. Aussi, la somme considérable que le proconsul avait rapporté de Constantinople aurait en partie été utilisée pour le financement de l’aménagement de la cathédrale de Zadar ainsi que d’autres édifices de culte, dans un nouveau style naissant, le « premier » art roman. Ce style est, entre autres, caractérisé par la réapparition de la figure humaine dans la sculpture ainsi que le transfert de celle-ci sur les façades des églises, deux phénomènes bien documentées à Osor… (cf. M. Jurković, I. Marić, Le « premier art roman » en Istrie et en Dalmatie, in Le « premier art roman », cent ans après. La construction entre Saône et Pô autour de l’an mil. Études comparatives, Actes du colloque international de Baume-les Messieurs et Saint-Claude, sous dir de E. Vergnolle et S. Bully, Besançon, 2012, p. 162). 

8 Etude en cours par Inès Pactat.

9 Au total, le nombre d'unité s’élève à 257.

10 Ce fragment n’est pas inventorié et se trouve exposé dans le restaurant « Orfej » d’Osor. 

11 Le motif d’astragale est employé sur les fragments retrouvées à Novigrad (M. Jurković, Il ciborio di Novigrad (Cittanova d’Istria), dans HAM 1, 1995, p. 141-149.), Dvigrad et Bale (M. Jurković, Le « Maitre de chapiteaux de Bale », dans HAM 8, 2002, p. 355.) ainsi qu’à Split et Kotor (I. Basić, Ulomci najstarijeg ciborija splitske katedrale. Dopune Splitskoj klesarskoj radionici, dans Majstorske radionice u umjetničkoj baštini Hrvatske, Zbornik Danâ Cvita Fiskovića V., sous dir. de D. Milinović, A. Marinković, A. Munk, Zagreb, 2014, p. 21-36.)

12 Voir le catalogue : N. Duval, E. Marin, C. Metzger et al. Salona I. Recherches archéologiques franco-croates à Salone. Catalogue de la sculpture architecturale paléochrétienne de Salone. Rome : École Française de Rome, 1994, p. 197 et ap. (Publications de l'École française de Rome, 194), pl. LXVIII, IX.a5.

13 M. Jurković, Le portail de Saint-Pierre d’Osor, dans Ars auro gemmisque prior. Mélanges en hommage à Jean-Pierre Caillet, Zagreb, 2013, p. 271, fig. 3.

14 Le même motif apparait sur le morceau 8 de la restitution proposée de la frise (Ibid., fig. 3).

15 Ibid., p. 273.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale à l’achèvement de la fouille 2016 (cl. M. Vuković)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 2 – Plan pierre à pierre des Espaces V et VI
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-2.png
Fichier image/png, 3,3M
Titre Fig. 3 – Décapage de l’espace du vestibule et apparition des premiers murs (cl. T. Chenal)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 4 – Plan de l’église du XIe s. (d’après équipe de fouille)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Titre Fig. 5 – Vue générale depuis le sud du vestibule après la fouille (cl. T. Chenal)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 6 – Réduction 5.149 entre les lésènes en revers de façade du vestibule (cl. S. Bully)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 7 – Travée nord du vestibule : apparition du pot dans le niveau de préparation du sol (cl. S. Bully)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 8 – Travée nord du vestibule : vue du pot après la fouille (cl. S. Bully)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 9 – Monnaies byzantines découvertes dans la tombe maçonnée 6.168 (cl. I. Valent)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 10 – Fiole de verre en dépôt funéraire dans la sépulture 5.144 (cl. V. Chevassu)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 11 – Pichet en céramique en dépôt funéraire dabs la sépulture 5.147 (cl. V. Chevassu)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 12 – Fer à cheval en dépôt funéraire dans la sépulture 5.133 (cl. H. Parent)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 13 – Fondation maçonnée (d’une cuve baptismale ?) dans le tiers sud du vestibule (cl. T. Chenal)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 14 – Détail des blocs (d’une cuve ?) en remploi dans la tombe maçonnée 5.170 (cl. I. Marić)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 15 – Vue générale, depuis l’ouest, de la fouille de l’Espace VI (cl. S. Bully)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8M
Titre Fig. 16 – Boucles de vêtement de sépultures de l’Espace VI (cl. J. Crochat)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 17 – Structure à « double chambre » de l’Espace VI (cl. J. Crochat)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 18 – Détail de la canalisation 6.134 sous le caveau 6.130 (cl. J. Crochat)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 19 – Fragment de frise décorative de la façade romane de l’église Saint-Pierre (cl. I. Marić)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 20 – Dépôt funéraire de la sépulture de l’Âge du fer 5.184 (cl. A. Saggese)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 21 – Coffre de la sépulture de l’Âge du fer 5.185 (cl. A. Saggese)
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1810/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Bully, Morana Čaušević-Bully, Miljenko Jurković et Iva Marić, « Monastère Saint-Pierre d’Osor (Croatie, île de Cres) », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Balkans, mis en ligne le 24 août 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://cefr.revues.org/1810 ; DOI : 10.4000/cefr.1810

Haut de page

Auteurs

Sébastien Bully

CNRS, UMR 6298 ArTeHiS – sebastien.bully[at]club-internet.fr

Articles du même auteur

Morana Čaušević-Bully

Université de Franche Comté, UMR 6249 Chrono-Environnement – morana.causevic[at]gmail.com

Articles du même auteur

Miljenko Jurković

Université de Zagreb – mjurkovi[at]ffzg.hr

Articles du même auteur

Iva Marić

Université de Zagreb – imaric2[at]ffzg.hr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org