Navigation – Plan du site
2016
Croatie

Bunje (Novo Selo, Croatie)

Campagne de fouilles 2015
Emmanuel Botte, Audrey Bertrand et Kristina Jelinčić
École française de Rome, Institut archéologique de Zagreb, Centre Camille Jullian, Université Paris-Est MLV, Mairie de Selca (Croatie)

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

Avec la collaboration de N. Šegvić (Institut archéologique de Zagreb), K. Turkalj (Institut archéologique de Zagreb), A. Boisson (Université de Montpellier) et N. Leys (Université de Paris 1).

Texte intégral

Présentation générale de la mission et du site

1Le Chantier de Bunje sur l’île de Brač constitue la première étape d’un projet mené par E. Botte (CNRS), A. Bertrand (Université Paris-Est MLV) et K. Jelinčić (Institut archéologique de Zagreb) intitulé « Recherches sur l’exploitation économique de la Dalmatie à l’époque romaine (IIe s. av. J.-C. - IIe s. ap. J.-C.) ». L’intention des auteurs de ce projet est de mesurer, à travers des opérations de fouilles et de prospections, l’impact économique de la présence romaine en Dalmatie.

2La première campagne sur le site de Bunje appartenant à la commune de Novo Selo (fig. 1) était destinée à obtenir une vision d’ensemble de l’ampleur du site et de l’état de préservation de ses vestiges.

Fig. 1 – Carte de situation de l’île de Brač.

Fig. 1 – Carte de situation de l’île de Brač.
  • 1 Jelinčić 2012.

Il en ressort un site assez étendu (les vestiges couvrent un espace de près de 15 000 m2) et dont les structures sont dans l’ensemble assez bien conservées, ce qui confirme les observations effectuées lors d’un premier rapport rédigé par K. Jelinčić en 20121.

  • 2 Stančič et al. 1999, site BO 64.00, p. 58-59.
  • 3 Voir les références dans Stančič et al. 1999, site BO. 169, p. 110-112.
  • 4 Ibidem., p. 59.
  • 5 Voir la bibliographie concernant le site dans Stančič et al. 1999, p. 110.

3Le site se trouve sur le flanc méridional d’une colline culminant à 218 m d’altitude et au sommet duquel est installé un site d’époque préhistorique appelé Velo Gračišće2. Les deux sites sont connus et ont fait l’objet de diverses publications depuis plus d’un siècle pour le premier3, et depuis les années 1960 pour le second4. En ce qui nous concerne, le site est publié pour la première fois en 1914, puis dans diverses publications successives5. Le site de Bunje est notamment connu car y a été découvert un pilier en pierre portant une représentation en bas-relief d’un bouc, qui serait lié au culte de Silvanus. L’objet se trouve aujourd’hui dans une collection privée. Sur le site sont également recensés deux sarcophages dont un portant un monogramme chrétien (fig. 2 et 3), ainsi qu’un moulin en pierre calcaire destiné à écraser les olives avant de les amener au pressoir (fig. 4).

Fig. 2 – Sarcophage situé dans la partie méridionale du site (secteur 3).

Fig. 2 – Sarcophage situé dans la partie méridionale du site (secteur 3).

Photo E. Botte.

Fig. 3 – Détail du monogramme chrétien sur le sarcophage situé dans la partie méridionale du site (secteur 3).

Fig. 3 – Détail du monogramme chrétien sur le sarcophage situé dans la partie méridionale du site (secteur 3).

Photo E. Botte.

Fig. 4 – Vue du moulin à olives (ST 6008) du secteur 6.

Fig. 4 – Vue du moulin à olives (ST 6008) du secteur 6.

Photo E. Botte.

Déroulement et objectifs de la campagne 2015

4La campagne s’est déroulée du 12 au 31 octobre 2015, avec une base fixe de 6 personnes : E. Botte, A. Bertrand, N. Leys, A. Boisson, N. Segvic et K. Turkalj. Nous avons bénéficié du soutien d’employés municipaux (Stipe et Mirko) ainsi que de bénévoles (Pero Dragicevic, Tomislav Matkovic, Kristina Kelava, Nikola Dragicevic, Matea Vrandecic Loje, Ivan Razmilic et Dijana Sabic). Il faut également souligner l’aide logistique indispensable à la réalisation de l’opération que nous a fournie la mairie de Selca, grâce à son maire (M. Ivan Marijančević) ainsi qu’à l’ancien maire et propriétaire du terrain (M. Ivica Škrpaca), aussi bien dans le prêt de matériel que de personnel, que par le financement de l’hébergement et des repas. Les conditions climatiques nous ont permis de réaliser l’intégralité de la campagne, qui s’est concentrée sur la zone où les vestiges étaient les plus remarquables, couvrant une surface d’environ 2 500 m2.

5Les objectifs pour cette première campagne consistaient surtout à mesurer l’ampleur du site et son état de conservation afin de définir les secteurs qui feraient l’objet des investigations lors des prochaines campagnes de fouille. Les éléments dont nous disposions avant le début des opérations indiquaient qu’il s’agissait probablement d’une villa oléicole d’époque romaine mais dont ni l’extension ni la chronologie d’occupation n’étaient connues.

Résultats préliminaires

6L’objectif premier qui était d’obtenir un plan d’ensemble des vestiges a clairement été atteint (fig. 5 et 6). Sur le plan d’ensemble fourni n’apparaissent que les secteurs qui ont fait l’objet au minimum de relevés ou pour les autres d’analyses plus poussées (nettoyage intensif éventuellement accompagné de sondages).

Fig. 5 – Plan d’ensemble des vestiges relevés durant la campagne 2015.

Fig. 5 – Plan d’ensemble des vestiges relevés durant la campagne 2015.

Relevés et numérisation N. Segvic et K. Turkalj.

Fig. 6 – Vue d’ensemble de la zone dégagée en 2015.

Fig. 6 – Vue d’ensemble de la zone dégagée en 2015.

Photo par drone de J. Burmaz.

Présentation des travaux par secteur

Secteur 2

7Il s’agit de la zone la plus méridionale du site et qui a été intensivement remaniée par le propriétaire du terrain. Ainsi les niveaux archéologiques sont très perturbés et le substrat apparaît désormais sur une grande partie du secteur. Nous avons tout de même pu ramasser plusieurs fragments de céramique, qui, bien qu’en position hors stratigraphie, fournissent néanmoins des informations chronologiques sur la fréquentation du site et sur son faciès céramique.

8Ce mobilier céramique offre une chronologie assez large qui est peut-être – les fouilles des prochaines années le confirmeront ou non – le reflet de l’occupation générale du site. Le mobilier est essentiellement de production africaine, aussi bien dans les amphores que dans la céramique fine, représentée par des sigillées africaines de type A et D (fig. 7).

Fig. 7 – Mobilier céramique provenant du secteur 2.

Fig. 7 – Mobilier céramique provenant du secteur 2.

Échelle 1/3 pour la céramique fine et ¼ pour les amphores.

Dessin et DAO A. Boisson.

La datation fournie par l’ensemble des productions s’étend entre la fin du IIe ou le début du IIIe siècle de notre ère et la fin du Ve ou le début du VIe siècle.

Secteur 4

  • 6 À Mladinjeg brda ; Jadre, Donji Humac et Luke, Skrip : voir Jelinčić 2005, sl. 20, 31 et 50.
  • 7 Matijasic 1983.

9Le secteur 4 correspond à un grand amas de pierres et de matériaux de construction au croisement des secteurs 2, 5 et 6. Il a sans doute été constitué par les propriétaires du terrain évacuant progressivement à cet emplacement les pierres qui les gênaient dans leurs pratiques agricoles. Parmi le mobilier découvert dans ce secteur, on relève la présence d’un fragment de tegula portant un timbre rectangulaire incomplet et très usé, mais sur lequel apparaissent les lettres [-]NS[-]. Ce timbre, qui doit être le même que sur le fragment de tegula découvert dans le secteur 10, est à rapprocher de l’inscription sur tuile PANSIANA, déjà signalée sur l’île6 et qui appartient à une production largement diffusée en Adriatique entre le milieu du Ier siècle avant J.-C. et le règne de Vespasien7.

Secteur 5

10Le secteur 5 fait partie des zones qui ont été nettoyées de leur végétation mais dans laquelle aucun sondage archéologique n’a été pratiqué. Plusieurs murs parallèles et perpendiculaires y ont été mis au jour et on note plusieurs éléments intéressants qui permettent peut-être d’y voir une partie de la pars urbana de la villa, hypothèse qui sera à confirmer lors de la campagne 2016. On note notamment dans la partie occidentale du secteur que le mur MR 5004 porte un enduit de béton de tuileau qui semble appartenir à un bassin. À cela s’ajoute d’une part la découverte dans ce secteur de briques circulaires – que l’on serait tenté de faire appartenir à des briques d’hypocauste – et d’autre part d’une structure circulaire (PT 5011) qui s’apparente à un puits.

Secteur 6

  • 8 Voir les travaux de J.-P. Brun, notamment Brun 1986 ; 2003 et 2004.

11Le secteur 6 correspond à une aire ouverte, la seule qui n’était pas complètement envahie par la végétation à notre arrivée. Les seuls éléments alors visibles étaient un moulin pour écraser les olives, première étape indispensable à la fabrication de l’huile d’olive8, mais clairement déplacé par rapport à son emplacement originel car en position verticale (fig. 4), et un mur qui a fait l’objet d’un sondage. Celui-ci n’était pas destiné à aller en profondeur mais simplement à observer l’orientation des structures et leur état de conservation. Il s’est avéré que le mur visible (MR 6003) appartient à un bassin en béton de tuileau que nous avons pu observer sur 3 côtés et qui semble bien conservé (fig. 8). Il est tentant de le rapprocher des phases de travail liées à la récupération de l’huile d’olive du pressoir mais il est trop tôt pour en être assuré.

Fig. 8 – Vue depuis l’ouest du sondage réalisé dans le secteur 6.

Fig. 8 – Vue depuis l’ouest du sondage réalisé dans le secteur 6.

Photo E. Botte.

12Le mobilier découvert dans l’US de décapage du sondage n’illustre que la dernière phase d’occupation du site. Parmi celui-ci la présence de fragments d’amphores tardives Late Roman 1 et 2 donne une fourchette chronologique entre les Ve et VIIe siècles de notre ère, sans que l’on puisse être plus précis.

Secteur 8

13Le secteur 8 se trouve entre le secteur des citernes (secteur 10) au nord et le secteur du moulin à olives au sud (secteur 6). Ses limites sud et nord sont bien perçues car les murs sont relativement bien conservés, en revanche les limites ouest et est n’ont pu être appréhendées. Un sondage a été pratiqué au pied du mur MR 8007 pour vérifier son état de conservation et son lien avec le mur MR 8005 (fig. 9). Ce dernier apparaît directement bâti sur le substrat dans sa partie septentrionale.

Fig. 9 – Vue depuis le nord du sondage réalisé dans le secteur 8.

Fig. 9 – Vue depuis le nord du sondage réalisé dans le secteur 8.

Photo E. Botte.

14Dans l’emprise du sondage effectué aucune tranchée de fondation en place n’a pu être observée, nous privant ainsi d’éléments de datation pour ces 2 murs. Néanmoins, une très faible portion du mur MR 8007 ayant été dégagée, il est probable qu’une datation soit possible lors de la campagne de 2016. En tout cas les murs MR 8005 et 8007 apparaissent chaînés et présentent la même technique de construction que la plupart des autres murs du site, à savoir un double parement de moellons de calcaire avec un blocage interne composé de mortier et de cailloux.

15Aucun sol contemporain du fonctionnement de ces murs n’a été mis au jour et seul un niveau d’abandon et de destruction a pu être observé sous la couche de sédimentation 8002 (US 8003 à l’est et 8004 à l’ouest du mur MR 8005).

16L’ensemble du mobilier illustre une dernière phase d’occupation du site liée à sa destruction ou à la récupération de matériaux. Le mobilier provenant des US 8002 à 8004 est homogène et permet de proposer une datation au cours du Ve siècle de notre ère, basée notamment sur la datation des céramiques sigillées africaines et des amphores africaines et orientales tardives (fig. 10 et 11).

Fig. 10 – Mobilier céramique provenant du secteur 8, US 8001.

Fig. 10 – Mobilier céramique provenant du secteur 8, US 8001.

Dessin et DAO A. Boisson.

Fig. 11 – Mobilier céramique provenant du secteur 8, US 8002.

Fig. 11 – Mobilier céramique provenant du secteur 8, US 8002.

Dessin et DAO A. Boisson.

Secteur 9

  • 9 Voir en dernier lieu Stančič et al. 1999, p. 112.

17Le secteur 9 correspond à ce qui est appelé dans les différentes publications mentionnant le site la « tombe »9. En réalité rien n’indique qu’il s’agisse d’un monument funéraire car nous ne sommes en présence que d’une structure de plan carré ou rectangulaire d’au moins 4,50 m de côté, équipée d’un accès aménagé sur le côté est, et dont le sol de fonctionnement a intégralement été détruit par les propriétaires du terrain il y a plusieurs décennies.

Secteur 10

18Le secteur 10 est celui des citernes. De grandes dimensions, 7 x 7,80 m pour la citerne occidentale (CT 10011) et 5,75 x 7 m pour la citerne orientale (CT 10002), elles sont toutes deux remplies de pierres et de ce fait seule la citerne CT 10002 a pu être vidée cette année, uniquement grâce à l’utilisation d’une pelle mécanique aimablement prêtée par la mairie de Selca (fig. 12). Le comblement de cette citerne n’est constitué que d’un remplissage uniforme de pierres (US 10001) sur près d’un mètre de haut.

Fig. 12 – Vue du sol de la citerne CT 10002.

Fig. 12 – Vue du sol de la citerne CT 10002.

Vue du nord.

Photo E. Botte.

Trois des murs de la citerne sont bien conservés, présentant notamment une partie de la voûte (MR 10008, 10009 et 10010), tandis que le mur sud, en deux parties, nous a permis de comprendre le phasage de son utilisation. Ainsi la citerne CT 10002 est construite dans une première phase avec 4 murs (MR 10003, 10008, 10009 et 10010) supportant une voûte orientée ouest-est. Au pied de ces murs est aménagé un sol en béton de tuileau (SL 10006) reposant sur une chape de mortier de 23 cm d’épaisseur coulée sur un hérisson d’une vingtaine de centimètres (US 10007).

  • 10 Kilic-Matic 2004 ; Starac 2008 et 2010.

19Dans une seconde phase, un sol en mosaïque est installé (MOS 10005), et bien que non fréquemment rencontré, ce type d’appareil dans les citernes est déjà attesté sur la côte orientale de l’Adriatique10 (fig. 13).

Fig. 13 – Détail du sol en mosaïque (MOS 10005) de la citerne CT 10002.

Fig. 13 – Détail du sol en mosaïque (MOS 10005) de la citerne CT 10002.

Vue du nord.

Photo E. Botte.

20Dans une troisième phase, un second mur (MR 10004) est ajouté contre le mur sud préexistant (MR 10003) et une chape de béton de tuileau (SL 10018) est appliquée contre les murs et sur le sol en mosaïque.

Programme de la campagne 2016

21Les objectifs de la campagne 2016 seront centrés sur les secteurs 5, 6, 8 et 9, et éventuellement sur le vidage de la citerne occidentale du secteur 10 (CT 10011) si le temps le permet. Cette fois-ci se déroulera une opération de fouilles programmées de plus grande ampleur, menée avec une équipe plus importante, et qui permettra d’établir un premier phasage d’occupation de la villa et de clairement distinguer les zones d’habitat (pars urbana) des zones de production (pars rustica). Pour cette dernière les objectifs seront notamment d’appréhender les espaces de production et de mesurer leur état de conservation.

Haut de page

Bibliographie

Brun 1986 = J.-P. Brun, L’oléiculture antique en Provence : les huileries du département du Var, Paris, 1986 (Revue archéologique de Narbonnaise, Suppl., 15).

Brun 2003 = J.-P. Brun, Le vin et l’huile dans la Méditerranée antique : viticulture, oléiculture et procédés de fabrication, Paris, 2003.

Brun 2004a : J.-P. Brun, Archéologie du vin et de l’huile de la Préhistoire à l’époque hellénistique, Paris, 2004.

Brun 2004b : J.-P. Brun, Archéologie du vin et de l’huile dans l’empire romain, Paris, 2004.

Jelinčić 2005 : K. Jelinčić, Topografija rustičnih vila na otoku Braču, Magistarski Rad, Sveučiliste u Zagrebu, Zagreb, 2005.

Jelinčić 2012 : K. Jelinčić, Izvješće arheološkom rekognosciranju i snimanju lokaliteta Novo Selo Bunje (18.-19. travnja 2012.), Zagreb, 2012 (Institut za arheologiju).

Kilic-Matic 2004 : A. Kilic-Matic, Prilog proučavanju tehnika i struktura gradnje rimskih vila rustika na obali rimske provincije Dalmacije = A contribution to the study of building techniques and structures at Roman villae rusticae on the coast of the Roman province of Dalmatia, dans Opuscula Archaeologica, 28, 2004, p. 91-109.

Matijasic 1983 : R. Matijasic, Cronografia dei bolli laterizi della figulina pansiana nelle regioni adriatiche, dans MEFRA, 95-2, 1983, p. 961-995.

Stančič et al. 1999 : Z. Stančič, N. Vujnovic, B. Kirigin, S. Cače, T. Podobnikar et J. Burmaz, Adriatic Islands Project, Vol 2 : The Archaeological Heritage of the Island of Brač, Croatia, Oxford, 1999 (BAR International Series, 803).

Starac 2008 : A. Starac, Dragonera. Due ville romane, dans R. Auriemma et S. Karinja (éd.), Terre di Mare : l’archeologia dei paesaggi costieri e le variazioni climatiche (Trieste, 2007), Trieste, 2008, p. 304-309.

Starac 2010 : A. Starac (ed.), Dragonera, Dva Bisera – Dragonera, Two pearls, Pula, 2010 (Monografije i Katalozi, Arheoloski Muzek Istre, 19).

Haut de page

Notes

1 Jelinčić 2012.

2 Stančič et al. 1999, site BO 64.00, p. 58-59.

3 Voir les références dans Stančič et al. 1999, site BO. 169, p. 110-112.

4 Ibidem., p. 59.

5 Voir la bibliographie concernant le site dans Stančič et al. 1999, p. 110.

6 À Mladinjeg brda ; Jadre, Donji Humac et Luke, Skrip : voir Jelinčić 2005, sl. 20, 31 et 50.

7 Matijasic 1983.

8 Voir les travaux de J.-P. Brun, notamment Brun 1986 ; 2003 et 2004.

9 Voir en dernier lieu Stančič et al. 1999, p. 112.

10 Kilic-Matic 2004 ; Starac 2008 et 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de situation de l’île de Brač.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 2 – Sarcophage situé dans la partie méridionale du site (secteur 3).
Crédits Photo E. Botte.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1519/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 3 – Détail du monogramme chrétien sur le sarcophage situé dans la partie méridionale du site (secteur 3).
Crédits Photo E. Botte.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1519/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 4 – Vue du moulin à olives (ST 6008) du secteur 6.
Crédits Photo E. Botte.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1519/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 5 – Plan d’ensemble des vestiges relevés durant la campagne 2015.
Crédits Relevés et numérisation N. Segvic et K. Turkalj.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1519/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 6 – Vue d’ensemble de la zone dégagée en 2015.
Crédits Photo par drone de J. Burmaz.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1519/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 7 – Mobilier céramique provenant du secteur 2.
Légende Échelle 1/3 pour la céramique fine et ¼ pour les amphores.
Crédits Dessin et DAO A. Boisson.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1519/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 8 – Vue depuis l’ouest du sondage réalisé dans le secteur 6.
Crédits Photo E. Botte.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1519/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 9 – Vue depuis le nord du sondage réalisé dans le secteur 8.
Crédits Photo E. Botte.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1519/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 10 – Mobilier céramique provenant du secteur 8, US 8001.
Crédits Dessin et DAO A. Boisson.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1519/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 11 – Mobilier céramique provenant du secteur 8, US 8002.
Crédits Dessin et DAO A. Boisson.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1519/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 12 – Vue du sol de la citerne CT 10002.
Légende Vue du nord.
Crédits Photo E. Botte.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1519/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 13 – Détail du sol en mosaïque (MOS 10005) de la citerne CT 10002.
Légende Vue du nord.
Crédits Photo E. Botte.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1519/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Botte, Audrey Bertrand et Kristina Jelinčić, « Bunje (Novo Selo, Croatie) », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Balkans, mis en ligne le 10 mars 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cefr.revues.org/1519 ; DOI : 10.4000/cefr.1519

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Botte

Centre Camille Jullian (UMR 7299 Aix-Marseille Université / CNRS / Ministère de la Culture) – botte[at]mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Audrey Bertrand

Université Paris-Est MLV – audrey.bertrand[at]u-pem.fr

Kristina Jelinčić

Institut archéologique de Zagreb – kristina.jelincic[at]iarh.hr

Articles du même auteur

  • Bunje (Novo Selo, Croatie) [Texte intégral]
    Campagne de fouilles 2016
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Balkans
Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org