Navigation – Plan du site
2016

La tombe monumentale de Grotte Scalina (Viterbe)

Campagne de fouilles 2015
Vincent Jolivet et Edwige Lovergne
Soprintendenza archeologica del Lazio e dell’Etruria meridionale, AOROC (UMR 8546 CNRS), École normale supérieure

Notes de l’auteur

Ont participé aux travaux de la campagne 2015 : Estelle Avon (Université de Lyon), Jessica Bartolomeo (Université de Neuchâtel), Anne-Lise Baylé (Université de Paris I), Reine-Marie Bérard (École française de Rome), Thomas Broise (Aix-en-Provence), Joe Bognanni (Université de Chicago), Maxime Brugellis (Université de Paris I), Clément Chillet (École française de Rome), Anaïs Daumont-Marx (Paris), Niccolò Daviddi (Université de Florence), Marie De Jonghe (Université de Paris I), Henri de Megille (Université de Paris I), Manuel De Souza (Université de Saint-Étienne), Franz Dolveck (École française de Rome), Alex Gaultier (Université de Tours), Caroline Hemard (Université de Lyon), Martin Jaillet (École normale supérieure), Thibaud Lanfanchi (Université de Toulouse II), Frédérique Marchand (CNRS, UMR 8546), Lucie Motta (Université de Lyon), Chiara Pepponi (Viterbe), Luca Pesante (Rome), Luca Pulcinelli (Roma La Sapienza), Martina Rodinò (Universit), Fédéric Tollinchi (Rome), Emma Vallet (Lyon) et Caroline Vanderberghe (Université de Paris X).

Texte intégral

1La cinquième campagne de fouilles sur le site de la tombe monumentale de Grotte Scalina, placée sous le régime de la concession octroyée par le Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del Turismo à l’École normale supérieure, s’est déroulée du 6 juillet au 3 août 2015 sous la direction scientifique de Vincent Jolivet et sous la direction opérationnelle d’Edwige Lovergne, en étroite collaboration avec la Soprintendenza Archeologica del Lazio e dell’Etruria meridionale (inspectrice : Dott.ssa Valeria D’Atri) ; le plan de sécurité a été rédigé par l’arch. Alessandro Bertollini, les travaux de chantier réalisés par l’entreprise Enzo Nicolamme de Monterazzano. Le financement a été assuré par l’ANR CAECINA, le Département des Sciences de l’Antiquité de l’École normale supérieure de Paris, le Labex TransferS (programme Investissements d’avenir ANR-10-IDEX-000102 PSL* et ANR-­10-LABX-0099), la Fondazione Carivit de Viterbe e l’association archéologique Pharos. Maria et Enzo Pepponi, propriétaires du site, ont largement contribué, de multiples manières, à la réalisation de l’ensemble de l’opération. Le programme de travail de cette année s’est déroulé dans trois secteurs distincts : la chambre funéraire principale de la tombe, le second dromos, et la citerne du petit oppidum situé un peu plus à l’est.

2L’hypogée principal de la tombe, creusé dans l’axe du dromos fouillé l’an dernier, a fait l’objet de fouilles clandestines répétées, au moins à partir des années soixante-dix du siècle dernier. Il renfermait seulement huit sarcophages de nenfro en grande partie brisés, dont sept présentaient un couvercle simple, le huitième un couvercle figuré, volé à la fin du siècle dernier, et une urne cinéraire en tuf (fig. 1).

Fig. 1 – L’intérieur de la chambre funéraire principale en fin de fouille, vu vers le nord.

Fig. 1 – L’intérieur de la chambre funéraire principale en fin de fouille, vu vers le nord.

E. Lovergne.

Le mobilier recueilli est rare et très fragmentaire : outre la céramique à vernis noir, il comporte notamment deux as à la proue, trois fibules, un dé en os et neuf pions en pierre et en pâte de verre. L’ensemble des données dont nous disposons à présent met en évidence un certain nombre d’anomalies flagrantes pour une tombe aristocratique tarquinienne du dernier quart du IVe siècle av. J.-C. : l’irrégularité avec laquelle a été creusée la chambre, qui contraste nettement avec le soin apporté à l’architecture externe du monument ; la typologie très simple de la quasi-totalité des sarcophages, à une époque et dans une région où le sarcophage figuré est presque de règle dans les tombes des classes moyennes et supérieures ; la présence d’une seule inscription, du reste très brève ; l’absence totale, dans le mobilier recueilli, de céramique à vernis noir certainement antérieure au IIIe siècle av. J.-C., alors que l’extérieur de la tombe avait livré des tessons de céramique à figures rouges. La poursuite de l’enquête, en recourant notamment au géoradar, pourrait permettre d’expliquer cette anomalie : il n’est pas exclu qu’une autre chambre funéraire, accessible par le même dromos, ait pu échapper jusqu’à présent à nos investigations.

3La fouille du second dromos, perpendiculaire au premier (fig. 2), et dont la pente est aménagée en longs gradins, a permis d’établir que l’autre hypogée du complexe avait également été visité, mais probablement à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles) : tous les blocs de fermeture de la porte ont été démontés, et la chambre est comblée de terre.

Fig. 2 – Coupe est/ouest sur le second dromos.

Fig. 2 – Coupe est/ouest sur le second dromos.

Relevé, M. De Jonghe, F. Tollinchi ; infographie, E. Lovergne.

4Il est probable que cette dernière a été utilisée, à cette époque, pour enterrer des morts, en liaison avec la présence sur le site de groupes de pèlerins. En effet, la découverte, en surface, d’un médaillon jubilaire en bronze datable du dernier quart du XVIIe siècle, qui accompagnait probablement un défunt au retour de la ville sainte, confirme la fréquentation rituelle de la tombe, à partir du XVIe siècle, témoigne d’une forme de liaison entre Grotte Scalina et l’itinéraire des pèlerins qui passait non loin de là, sur la via Francigena, et offre une clef de lecture précieuse pour comprendre pourquoi le monument antique effondré a alors été entièrement dégagé de ses décombres, sans être utilisé toutefois à des fins pratiques. Ce médaillon figure en effet les deux monuments les plus importants du pèlerinage de Rome, la Porta Santa et la Scala Santa : il était facile d’associer à ces deux monuments les deux éléments saillants conservés de l’architecture externe de la tombe de Grotte Scalina, la fausse porte qui occupait le fond de la salle de banquets et l’imposant escalier creusé dans le tuf, qui a valu son nom au lieu-dit (fig. 3).

5Les recherches d'archives menées par Luca Pesante ont permis par ailleurs d'établir que la famille des de' Gentili reçut du pape, au XVIIIe siècle, le privilège de tenir une foire annuelle sur leurs terres de Castel Cardinale. Cette foire, qui se déroulait probablement sur la partie du domaine la plus proche de la via Tuscanese, et donc tout près de la tombe, pourrait également expliquer la fréquentation du site à cette époque.

6Enfin, les échantillons ostéologiques prélevés par Giordana Amicucci sur les squelettes très fragmentaires trouvés dans la tombe archaïque, probablement pillée à une époque relativement récente, ont pu être datés cette année par le Centro di Datazione e Diagnostica de l’Université du Salento : l’un est effectivement archaïque, trois autres hellénistiques, et deux médiévaux (autour du VIIIe siècle) ; le squelette d’enfant qui reposait sur le comblement du dromos du second hypogée (fouille 2015) remonte en revanche au début de l’Empire.

Fig. 3 – Les deux monuments du médaillon jubilaire peuvent être mis en relation avec les éléments saillants de l’architecture de la tombe.

Fig. 3 – Les deux monuments du médaillon jubilaire peuvent être mis en relation avec les éléments saillants de l’architecture de la tombe.

E. Lovergne.

7La fouille de la citerne du petit oppidum situé à proximité, commencée l’an dernier, a été achevée au cours de cette campagne ; elle présente un intérêt particulier du fait de sa typologie tout à fait exceptionnelle. Son réservoir présente en effet deux colonnes partiellement conservées, mais qui ne semblent pas en avoir rejoint la voûte (fig. 4), selon un dispositif sans parallèle connu dans cette région, et dont la fonction doit encore être élucidée.

Fig. 4 – Coupe est/ouest sur l’intérieur de la citerne.

Fig. 4 – Coupe est/ouest sur l’intérieur de la citerne.

Relevé, M. Niveleau, L. Pulcinelli, F. Marchand, A.-L. Baylé, H. de Megille ; infographie, E. Lovergne, P. Neaud.

8Le mobilier recueilli dans le remblai comblant le réservoir – un contexte homogène formé essentiellement de vases à eau de la première moitié du Ier siècle ap. J.-C. – permet en tout cas d’exclure la datation de cette citerne à l’époque médiévale, et invite à penser qu’elle a été creusée au début de l’époque hellénistique, alors que le petit oppidum devait faire partie du système défensif complexe mis alors en place tout autour de Musarna.

9La prochaine campagne de fouille devrait répondre à deux objectifs principaux : fouiller complètement la seconde chambre funéraire et poursuivre l’enquête sur le mode d’accès à la terrasse funéraire depuis la route située en contrebas.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – L’intérieur de la chambre funéraire principale en fin de fouille, vu vers le nord.
Crédits E. Lovergne.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1498/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 2 – Coupe est/ouest sur le second dromos.
Crédits Relevé, M. De Jonghe, F. Tollinchi ; infographie, E. Lovergne.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1498/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 3 – Les deux monuments du médaillon jubilaire peuvent être mis en relation avec les éléments saillants de l’architecture de la tombe.
Crédits E. Lovergne.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1498/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 4 – Coupe est/ouest sur l’intérieur de la citerne.
Crédits Relevé, M. Niveleau, L. Pulcinelli, F. Marchand, A.-L. Baylé, H. de Megille ; infographie, E. Lovergne, P. Neaud.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1498/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Jolivet et Edwige Lovergne, « La tombe monumentale de Grotte Scalina (Viterbe) », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Italie centrale, mis en ligne le 01 mars 2016, consulté le 06 décembre 2016. URL : http://cefr.revues.org/1498 ; DOI : 10.4000/cefr.1498

Haut de page

Auteurs

Vincent Jolivet

CNRS, AOROC (UMR 8546 CNRS-ENS) – vincent.jolivet[at]ens.fr

Articles du même auteur

Edwige Lovergne

UMR 7041 (ArScAn) – edwigelovergne[at]hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org