Navigation – Plan du site
2015

L'installation antique de salaison de poissons de Cala Minnola (Levanzo, Province de Trapani)

Opération réalisée du 24 septembre au 4 octobre 2014
Emmanuel Botte, Bastien Lemaire, Guilhem Chapelin et Antoine Boisson
École française de Rome, Centre Jean Bérard (USR 3133 CNRS/EFR), Ministère des Affaires étrangères et européennes (Paris), Soprintendenza per i Beni culturali di Trapani, Soprintendenza del Mare.

Notes de l’auteur

Un résident de l’île a également activement participé à l’opération : Giuseppe Pisciotta, que nous remercions pour son aide efficace.
Je tiens par ailleurs à remercier la Dott.ssa R. Giglio de la Soprintendenza de Trapani ainsi que S. Tusa et son assistant R. La Rocca de la Soprintendenza del Mare pour m'avoir permis de mener cette opération dans les meilleures conditions possibles.

Texte intégral

1Du 24 septembre au 4 octobre 2014 s'est déroulée une opération archéologique sur l'installation antique de salaison de poissons située sur l'île de Levanzo, au lieu-dit Cala Minnola, dans la Province de Trapani. Celle-ci s’est déroulée dans le cadre d’une convention signée entre l’École française de Rome, le Servizio per i Beni archeologici de la Soprintendenza per i Beni culturali di Trapani et la Soprintendenza del Mare à Palerme, et financée par l’École française de Rome et le Centre Jean Bérard de Naples sur des fonds du ministère des Affaires étrangères et européennes. Cette mission avait pour but de mesurer l'ampleur topographique du site antique et d'évaluer l'importance de l'atelier d'après son organisation.

Cadre naturel

  • 1 Tusa – Royal 2012.

2L'île de Levanzo appartient à l’archipel des Égades situées face à Trapani, à l'ouest de la Sicile. De petite superficie (4 km2), elle est, d'un point de vue historique, principalement connue pour la grotte abritant des peintures préhistoriques (Grotta del Genovese) et pour la bataille navale qui s'est déroulée sur ses côtes entre Romains et Carthaginois en 241 avant notre ère, lors de la première guerre punique1. À part ces deux éléments, peu d'indices nous sont parvenus pour retracer l'histoire de cette île durant l'Antiquité. Tout au plus connaît-on son nom : Pline la nomme Bucinna (HN, III, 8, 92) et Ptolémée Phorbantia (Géographie, III, 4, 17).

  • 2 L'épave est recensée par A. J. Parker, qui la date entre 100 et 25 avant notre ère : Parker 1992, n (...)

3Cala Minnola est une petite crique située à l'extrémité sud-est de l'île (fig. 1). Elle est caractérisée sur son flanc oriental par une bande rocheuse calcaire (Punta Altarella) qui s'avance vers la mer. Dans cette crique a été découverte une épave dont la cargaison constituée d'amphores Dressel 1B et de céramique campanienne à vernis noir permet d’avancer une datation du naufrage au cours du IIe ou de la première moitié du Ier siècle avant notre ère2.

Fig. 1 - Carte de l’île de Levanzo.

Fig. 1 - Carte de l’île de Levanzo.

D’après Bergonzoni 1977, p. 26.

4Le site antique de salaison de poissons est installé sur l'avancée de Punta Altarella, dans une bande de terre émergeant entre les affleurements rocheux. L'orientation du site est approximativement Nord-Ouest / Sud-Est ; ce sont les dimensions et l'agencement de la bande de terre qui ont surtout guidé l'orientation de l'installation (fig. 2).

Fig. 2 - Plan de Cala Minnola et de Punta Altarella.

Fig. 2 - Plan de Cala Minnola et de Punta Altarella.

1/1000.

Emmanuel Botte.

Historique de la découverte du site

  • 3 Bergonzoni 1977.

5Le site a été découvert en 1976, par un touriste de passage sur l’île, F. Bergonzoni, qui décida de publier sa trouvaille dans la revue Antiqua3. Remarquant au sol plusieurs tessons de céramique et des fragments de béton de tuileau, F. Bergonzoni s'aperçut qu’une série de bassins alignés était implantée sur la bande rocheuse de Punta Altarella. Armé d'une pelle et d'une pioche, il entreprit avec deux autres personnes de vider les bassins. Le bassin B fut ainsi totalement dégagé. On ne peut déterminer la nature des tessons découverts par F. Bergonzoni car une seule photo a été publiée et il indique dans son article qu'une partie des tessons découverts a disparu immédiatement, emportée par d'autres touristes attirés par l'événement.

6Dans son article, F. Bergonzoni publie un plan et une coupe relativement sommaires de l'atelier, mais qui s'avèrent surtout incomplets (fig. 3).

Fig. 3 - Plan et section de l’atelier de Cala Minnola.

Fig. 3 - Plan et section de l’atelier de Cala Minnola.

D’après Bergonzoni 1977, p. 27.

Objectifs de la campagne de 2014

7Les objectifs de la campagne étaient, dans un premier temps, de dégager l’ensemble des structures afin de pouvoir en effectuer le relevé. Ce travail devait permettre d'observer l'étendue des vestiges dans le secteur de Cala Minnola. En ce qui concerne l'atelier de salaison à proprement parler, le but était dans un second temps d'analyser son organisation générale ainsi que l'agencement des bassins, et enfin de déterminer les dimensions de l'ensemble des structures visibles. Par ailleurs, une série de prélèvements était prévue, d’une part du comblement des bassins en vue de tamisages destinés à repérer la présence éventuelle de restes ichtyofauniques, et d’autre part des bétons de tuileau afin de les soumettre à des analyses chimiques destinées à mettre en évidence la présence de marqueurs liés au poisson.

8Pour réaliser l'opération, cinq personnes ont travaillé durant dix jours. L’essentiel de la campagne a été consacré au dégagement des structures. Une partie a été dédiée au tamisage systématique de prélèvements réalisés au fond de chaque bassin dégagé. Hormis les opérations de rebouchage destinées à la protection du site, les derniers jours ont été consacrés en partie à des observations plus précises sur la construction des bassins et sur la composition des enduits, et d'autre part à la réalisation de la documentation topographique.

Résultats

9Les objectifs de la mission tels qu'ils ont été décrits précédemment ont été atteints. Le travail réalisé sur place a permis de mettre au jour un site d’une ampleur inattendue et qui pourrait se révéler d'une importance capitale dans la compréhension de l'histoire de cet artisanat dans la Sicile antique.

10Le site est en effet composé, dans son état actuel, d’un atelier comportant au minimum 21 bassins quadrangulaires revêtus d’un enduit de béton de tuileau (fig. 4), tandis qu’à une quarantaine de mètres à l’ouest de ce premier ensemble se trouve un autre bassin, également revêtu de béton de tuileau.

Fig. 4 - Plan de l’atelier de salaison.

Fig. 4 - Plan de l’atelier de salaison.

1/100.

G. Chapelin.

11Il faut également considérer le fait que sous l'arbuste laissé sur le site se trouvent plusieurs bassins supplémentaires, portant leur nombre à 24. L'emprise de l’atelier forme un espace rectangulaire de 27,7 sur 6,8 m, même si nous n’avons pu dégager les murs périphériques de l’atelier. Les dimensions des bassins sont variables et certains peuvent atteindre des valeurs importantes (tableau 1).

  • 4 Basile 1992.

12Les observations effectuées durant la fouille de l'atelier indiquent que les bassins ne sont pas creusés dans le rocher comme on le voit sur d’autres sites en Sicile (Vendicari notamment4), mais dans une bande de terre située au centre de l’avancée rocheuse de Punta Altarella. On ne peut en l’état de la documentation spécifier si de la terre a été rapportée pour l’aménagement des bassins ou bien si celle-ci se trouvait déjà sur le site lors du choix de son installation.

13Contrairement à ce que nous pensions lors d’une opération précédente réalisée en 2010, les bassins n’ont pas été creusés et aménagés directement dans le terrain naturel. Il existait des murs de séparation entre les bassins, construits avec une technique à double parement et blocage interne, mais ils ont été récupérés à une période tardive jusqu’à leur fondation sur le rocher substratique, ce que nous n’avions pu observer en 2010.

14De nombreux fragments de tuiles (près de 1000 dont une grande majorité sont des fragments de tuiles de couvert) étaient contenus aussi bien dans la couche d’abandon que dans les niveaux de démolition. Si l’on admet que la circulation se faisait sur les murs entre les bassins, comme cela est attesté sur d’autres sites du bassin méditerranéen (notamment Almuñecar en Espagne ainsi que Cotta au Maroc), il faut imaginer une couverture de tuiles sur charpente prenant appui sur les murs périphériques.

15Dans les couches d’abandon et de démolition, la présence en faible quantité de très grosses pierres, de tuiles de courant et de morceaux de béton hydraulique provenant des bassins fait penser à une destruction systématique et organisée pour la récupération des matériaux de construction.

Tableau 1 - Dimensions des bassins étudiés de l'atelier de salaison de Cala Minnola

Tableau 1 - Dimensions des bassins étudiés de l'atelier de salaison de Cala Minnola

B. Lemaire et E. Botte.

Les bassins : observations sur les matériaux et techniques de construction
(G. Chapelin)

16Au total, 21 cuves ont été repérées sur le site. Aucune n’est conservée en totalité jusqu’au sommet de la bordure, mais leurs hauteurs varient de l’une à l’autre. Dans l’ensemble, il apparaît que la méthode de construction et les matériaux sont semblables sur l’ensemble du site. La structure des bassins est faite de murs de grosses pierres locales liées à la terre. La terre rouge et fine provient manifestement des abords immédiats du site et les pierres, un calcaire froid, proviennent du substrat rocheux affleurant aux environs. Dans plusieurs bassins on peut observer au fond une première couche de préparation qui est un gros béton contenant des pierres pouvant mesurer jusqu’à 10 cm.

17Les quatre bassins situés au nord ont leurs arêtes verticales adoucies sur une trentaine de centimètres de rayon par une maçonnerie réalisée après l’application sur les murs d’une première couche d’un béton qui n’est pas hydraulique. Celui-ci est riche en chaux et ses agrégats sont de petits galets ne dépassant pas 1,2 cm. La deuxième couche qui recouvre cette maçonnerie d’angle fait, elle aussi, partie du premier état de construction. Par la suite on remarque que certains bassins (par exemple le bassin 4) ont fait l’objet d’une réfection avec des bétons parfois plus grossiers que les premiers.

Le mobilier céramique
(E. Botte et A. Boisson)

181268 fragments de céramique ont été mis au jour durant l’opération de nettoyage et relevé de l’atelier. Ils appartiennent majoritairement à des amphores. Le matériel a été consigné au dépôt archéologique de Favignana, dans lo stabilimento Florio.

  • 5 Ramon Torres 1995, p. 206.
  • 6 Ramon Torres 1995, p. 210.

19L’ensemble du mobilier s’inscrit dans une chronologie qui nous permet de mieux définir la période d’installation de l’atelier ainsi que celle de son abandon. L’atelier, au vu des amphores puniques découvertes sur le site, est construit au plus tôt vers la fin du IIIe siècle avant notre ère ou dans les premières décennies du IIe siècle. En témoigne le fragment d’amphore Ramon T.7.2.1.1. dont la production est attestée du dernier tiers du IIIe siècle aux premières décennies du IIe siècle avant notre ère5, ainsi que le fragment d’amphore Ramon T. 7.4.2.1. dont la production se situe dans la première moitié du IIe siècle avant notre ère6.

  • 7 Au sujet de ces amphores, voir Botte 2013.

20L’atelier doit fonctionner de manière intensive dès la seconde moitié du IIe siècle car la majorité des amphores appartient à la famille des conteneurs puniques dits « tubulaires » de production sicilienne, dont la fabrication s’établit au plus tôt dans la seconde moitié du IIe siècle avant notre ère7.

  • 8 Hayes 1972, p. 32-37.
  • 9 Hayes 1972, p. 32-35, et qui correspond au type 3 de la typologie de M. Bonifay : Bonifay 2004, p.  (...)

21L’atelier semble ensuite produire sans interruption jusqu’à son abandon définitif qui survient durant la seconde moitié du IIe siècle de notre ère. Cette datation est fournie par deux fragments de sigillée africaine claire A découverts dans les niveaux de comblement et qui assurent que l’atelier a cessé de fonctionner au plus tard à cette période. La datation fournie pour ces deux fragments est la suivante : la seconde moitié du IIe siècle pour le fragment de Hayes 9B8, ainsi que pour le fragment de Hayes 8A9.

Étude des tuiles
(G. Chapelin)

22La fouille a permis la récolte de 989 fragments de tuiles, dont 16 fragments de tuiles de courant et 973 fragments de tuiles de couvert. Si l’on admet que ces tuiles viennent bien d’une toiture couvrant les bassins, il faut admettre que ces fragments ne représentent qu’une infime partie des 250 m2 de toiture que devait représenter cette couverture. En effet, seuls 40 individus ont été comptabilisés, ce qui étaye la thèse d’une démolition bien organisée pour la récupération des matériaux de construction qui a dû commencer, comme il se doit, par la toiture. Celle-ci a dû débuter après une période d’abandon que l’on ne peut estimer avec précision. L’énorme disproportion entre les fragments des deux types de tuiles – pourtant associés en quantités à peu près égales en nombre dans une couverture – peut s’expliquer de plusieurs manières. Cela peut être seulement dû à la finesse des couvre-joints par rapport aux tuiles de courant qui, à cause de leur fragilité, se retrouvent plus fragmentés. Peut-être aussi est-ce dû à une récupération plus facile ou plus attentive des tuiles de courant.

Observations conclusives

23Installé le long d'une crique offrant un abri idéal pour les bateaux venant chercher les produits de l'officine, l’atelier de Cala Minnola s’est révélé être un des sites les plus importants en ce qui concerne cet artisanat antique en Sicile. Il est sans surprise établi sur la route des thons, qui d’ailleurs n’a pas changé, comme le confirme la grande tonnara de Favignana, l’une des dernières de Sicile à avoir cessé son activité il y a quelques décennies.

  • 10 Botte 2009, p. 83-88.

24Construit selon un plan rectangulaire qui respecte l'agencement naturel du terrain, l'atelier comporte une série de plus d'une vingtaine de bassins agencés de manière régulière (fig. 5 et 6). Par ses dimensions et le nombre de bassins qui le composent, l’atelier de Cala Minnola est le troisième dans l’ordre des plus grands sites artisanaux d’Italie dédiés à la transformation du poisson, après les sites de Portopalo (Prov. de Syracuse) (55 bassins) et Vendicari (Prov. de Syracuse) (25 bassins)10.

Fig. 5 - Vue d’ensemble de l’atelier depuis le Nord.

Fig. 5 - Vue d’ensemble de l’atelier depuis le Nord.

B. Lemaire.

Fig. 6 - Vue zénithale de l’atelier de Cala Minnola.

Fig. 6 - Vue zénithale de l’atelier de Cala Minnola.

B. Lemaire.

  • 11 Botte 2009, chapitre 3, p. 71-104.

25L’agencement des bassins, disposés en série, semble être une des caractéristiques des ateliers de Sicile, mais qui suit peut-être simplement les exigences du terrain naturel. On retrouve cette organisation dans les ateliers de Portopalo, Vendicari dans le sud-est de l’île, mais également plus près, dans l’atelier de San Vito lo Capo (Prov. de Trapani) ou celui de l’Isola delle Femmine (Prov. de Palerme)11.

26L'ampleur de l'atelier et les dimensions des bassins qui le composent permettent de le confronter avec les plus grands ateliers de Méditerranée, parmi lesquels Bélo et Almuñecar (Espagne), Troia (Portugal) et ceux d'Afrique du Nord. Le plan de l’atelier de Levanzo ne correspond pas à celui qui constitue l’exemple le plus fréquent dans la péninsule Ibérique et en Afrique, à savoir le plan en U ou en L. Cependant, l’organisation planimétrique de l’atelier de Levanzo présente des similitudes avec des sites de ces régions, notamment à Almuñecar (Espagne) et Lixus (Maroc). À Almuñecar, dans le sud de l’Espagne, les ateliers sont organisés en unités de bassins alignés (fig. 7). On peut voir que les bassins de petites dimensions sont disposés en grappe, à proximité de bassins plus grands, comme nous avons pu le constater à Levanzo. À Lixus, sur la côte occidentale du Maroc, on peut observer de grandes unités de production, elles aussi composées de groupes de bassins.

Fig. 7 - Vue générale des ateliers de salaison de poissons d’Almuñecar (Espagne).

Fig. 7 - Vue générale des ateliers de salaison de poissons d’Almuñecar (Espagne).

E. Botte.

27Il est trop tôt pour évoquer la nature des produits fabriqués dans l'atelier de Levanzo. La forme des bassins et leur agencement ne constituent pas des éléments déterminants pour cette distinction.

  • 12 Driard 2014.

28Un autre point réside dans l’approvisionnement de l’atelier en sel, matière première indispensable à la préparation des produits de l’officine. Il est probable que les salines de Trapani existaient déjà durant l’Antiquité. Cependant aucun témoignage, qu’il soit littéraire, épigraphique ou archéologique, n’a été découvert à ce jour. Au vu de la disposition des bassins de l’atelier et de leurs dimensions respectives, il est envisageable que le grand bassin 18 ait été utilisé pour le stockage du sel. Cette hypothèse a été envisagée sur d’autres sites, notamment dans la baie de Douarnenez sur le littoral atlantique12, et méritera d’être approfondie.

Haut de page

Bibliographie

Basile 1992 = B. Basile, Stabilimenti per la lavorazione del pesce lungo le coste siracusane : Vendicari et Portopalo, dans Va rassegna di archeologia subacquea [Giardini Naxos, 19-21 ottobre 1990], Messine, 1992, p. 55-86.

Bergonzoni 1977 = F. Bergonzoni, Una industria romana nelle isole Egadi, dans Antiqua, 7, 1977, p. 26-31.

Botte 2009 = E. Botte, Salaisons et sauces de poissons en Italie du sud et en Sicile durant l'Antiquité, Naples, 2009 (Collection du Centre Jean Bérard, 31 / Archéologie de l'artisanat antique, 1).

Botte 2013 = E. Botte, L’exportation du thon sicilien à l’époque tardo-républicaine, dans MEFRA, 124-2, 2013, p. 577-612.

Driard 2014 = C. Driard, Les sauces de poisson dans l’ouest de la province romaine de Lyonnaise : réflexions sur l’élaboration et la nature des produits, dans E. Botte et V. Leitch (éd.), Fish & Ships : production et commerce des salsamenta durant l’Antiquité, Aix-en-Provence, 2014 [Publication de l'atelier doctoral tenu à Rome (18-22 juin 2012 à l'École française de Rome et à la British School at Rome)], p. 47-60.

Hayes 1972 : J. W. Hayes, Late Roman pottery, Londres, 1972.

Hellmann 2002 = M.-Chr. Hellmann, L’architecture grecque. I. Les principes de la construction, Paris, 2002.

Kapitän 1977 = G. Kapitän, Levanzo and Favignana, Egadi Islands, Prov. Trapani, Sicily, dans International Journal of Nautical Archaeology, 6, 1977, p. 168-171.

Maña 1951 = J. M. Maña, Sobre tipologia de anforas púnicas, dans Cronica del VI Congreso arqueológico del Sudeste español [Alcoy, 1950], Carthagène, 1951, p. 203-209

Parker 1992 = A. J. Parker, Ancient shipwrecks of the Mediterranean & the Roman Provinces, Oxford, 1992 (BAR International Series, 580).

Purpura 1986 = G. Purpura, Rinvenimenti sottomarini nella Sicilia Occidentale, dans Sicilia arqueologica, 57-58, 1985, p. 51 s.

Ramon Torres 1995 = J. Ramon Torres, Las anforas fenicio-punicas del Mediterraneo central y occidental, Barcelone, 1995 (Col.leccio Instrumenta, 2).

Rizzo 2003 = G. Rizzo, Instrumenta Urbis, I, Ceramiche fini da mensa, lucerne ed anfore a Roma nei primi due secoli dell’Impero, Rome, 2003 (Collection de l'École française de Rome, 307), 2003.

Tusa – Royal 2012 = S. Tusa, J. Royal, The landscape of the naval battle at the Egadi Islands (241 B.C.), dans Journal of Roman Archaeology, 25, 2012, p. 7-48.

Haut de page

Notes

1 Tusa – Royal 2012.

2 L'épave est recensée par A. J. Parker, qui la date entre 100 et 25 avant notre ère : Parker 1992, n° 150 p. 89, qui la nomme « Cala Mindola ». Voir aussi Kapitän 1977 et Purpura 1986, n° 65 p. 150.

3 Bergonzoni 1977.

4 Basile 1992.

5 Ramon Torres 1995, p. 206.

6 Ramon Torres 1995, p. 210.

7 Au sujet de ces amphores, voir Botte 2013.

8 Hayes 1972, p. 32-37.

9 Hayes 1972, p. 32-35, et qui correspond au type 3 de la typologie de M. Bonifay : Bonifay 2004, p. 156 et fig. 84.

10 Botte 2009, p. 83-88.

11 Botte 2009, chapitre 3, p. 71-104.

12 Driard 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Carte de l’île de Levanzo.
Crédits D’après Bergonzoni 1977, p. 26.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1260/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 2 - Plan de Cala Minnola et de Punta Altarella.
Légende 1/1000.
Crédits Emmanuel Botte.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1260/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 3 - Plan et section de l’atelier de Cala Minnola.
Crédits D’après Bergonzoni 1977, p. 27.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1260/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 4 - Plan de l’atelier de salaison.
Légende 1/100.
Crédits G. Chapelin.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1260/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Tableau 1 - Dimensions des bassins étudiés de l'atelier de salaison de Cala Minnola
Crédits B. Lemaire et E. Botte.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1260/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 5 - Vue d’ensemble de l’atelier depuis le Nord.
Crédits B. Lemaire.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1260/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 6 - Vue zénithale de l’atelier de Cala Minnola.
Crédits B. Lemaire.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1260/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 7 - Vue générale des ateliers de salaison de poissons d’Almuñecar (Espagne).
Crédits E. Botte.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1260/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Botte, Bastien Lemaire, Guilhem Chapelin et Antoine Boisson, « L'installation antique de salaison de poissons de Cala Minnola (Levanzo, Province de Trapani) », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Sicile, mis en ligne le 19 janvier 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://cefr.revues.org/1260

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Botte

Centre Camille Jullian (UMR 7299 Aix-Marseille Université / CNRS / Ministère de la Culture) – botte[at]mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Bastien Lemaire

Université Paul-Valéry Montpellier III, UMR 5140 Archéologie des Sociétés Méditerranéennes (CNRS-UPV) – bastien_lemaire[at]hotmail.fr

Articles du même auteur

Guilhem Chapelin

Centre Jean Bérard (USR 3133 CNRS-EFR) – berard[at]unina.it

Articles du même auteur

Antoine Boisson

Université Paul-Valéry Montpellier III, UMR 5140 Archéologie des Sociétés Méditerranéennes (CNRS-UPV) – antoine.boisson[at]hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org