Navigation – Plan du site
2014

Mégara Hyblaea (Sicile)

Campagnes de fouilles 2013
Henri Tréziny
École française de Rome, Centre Jean Bérard, Centre Camille Jullian, Parco archeologico di Leontinoi (puis Soprintendenza BBCCAA Siracusa), Bradford University

Notes de l’auteur

Ont participé aux travaux en 2013 Henri Duday (PACEA, CNRS / Bordeaux 1), Michel Gras (ArScAn, CNRS / Paris 10), Jean-Christophe Sourisseau (AMU, Centre Camille Jullian), Henri Tréziny (AMU, CNRS, Centre Camille Jullian), Antoine Hermary (AMU / Centre Camille Jullian), Pierre Rouillard (ArScan, CNRS, Paris 10), Claude Pouzadoux (Centre Jean Bérard), Priscilla Munzi (Centre Jean Bérard), Laetitia Cavassa (Centre Jean Bérard), Giuseppina Stelo (Centre Jean Bérard), Ian Armit (Bradford Univ.), Tom Sparrow (Bradford Univ.), Peter Turner (Bradford Univ.), Reine-Marie Bérard (doctorante, Paris 1), Frédéric Mège (doctorant, AMU, Centre Camille Jullian), Lou de Barbarin (AMU, Centre Camille Jullian), Anita Crispino (Soprintendenza Siracusa), Massimo Cultraro (IBAM, CNR, Catania)

Texte intégral

1Cette année encore, l’activité de l’École française de Rome à Mégara Hyblaea a porté essentiellement sur la publication des fouilles anciennes : nécropoles archaïques, ville hellénistique, céramiques archaïques, ainsi que sur le développement des prospections géophysiques sur l’ensemble de l’habitat archaïque et hellénistique. Nous remercions beaucoup pour leur appui M. Musumeci, directrice du Parco archeologico di Leontinoi e delle aree archeologiche di Lentini e dei comuni limitrofi de qui dépendait directement le site de Mégara Hyblaea jusqu’en octobre 2013, ainsi que B. Basile, Surintendante BBCCAA de Syracuse, qui assume désormais la gestion du site. Comme toujours, nous avons également trouvé un excellent accueil au Musée de Syracuse, d’abord sous la direction de B. Basile (assistée d’A. Crispino), puis de G. Lamagna.

2Outre les financements habituels de l’École française de Rome, la mission bénéficie en 2013-2014 pour la deuxième année d’une aide substantielle de la fondation américaine Shelby White – Leon Levy (Université de Harvard) pour la publication de la ville hellénistique et d’aides ponctuelles de l’UMR 5199 (Bordeaux), de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (Bordeaux), de l’UMR 5248 (Bordeaux), de l’UMR 7041 (Nanterre / Paris 1) et du Centre Camille Jullian (AMU).

3H. Tréziny a poursuivi avec Fr. Mège la rédaction de l’atlas de la ville hellénistique. Outre le relevé systématique des élévations de murs hellénistiques (fig. 1), les études ont porté cette année au sud de l’agora sur les Bains hellénistiques.

Fig. 1 - Mégara Hyblaea. Relevé du mur hellénistique 33,76B, réutilisant le mur archaïque 33,76A.

Fig. 1 - Mégara Hyblaea. Relevé du mur hellénistique 33,76B, réutilisant le mur archaïque 33,76A.

Fr. Mège.

4La publication en cours par une équipe américaine des bains nord de Morgantina a été l’occasion d’échanges fructueux et le prétexte à un réexamen des vestiges mégariens. Par un examen optique (sans fouille) des vestiges actuels, mais aussi des photographies anciennes et des relevés de la fouille, il a été possible de montrer que le plan des bains de Mégara, s’il semblait être un plan type comparable à ceux de Morgantina et de Syracuse, était aussi le résultat d’une évolution complexe. La tholos à sol d’opus signinum à tesselles, si caractéristiques des bains de propreté siciliens, n’est que le troisième état d’un bâtiment qui comprenait d’abord une pièce à sol d’opus signinum sans tesselles (en forme de fer à cheval) et qui recouvrait elle-même un dallage de pierre. Ce premier état, qui était déjà lié au four, trouve un parallèle à Mégara même dans un bâtiment en bordure ouest de la rue C1, qui associe deux fours de petites dimensions à une pièce dallée qui contenait un dispositif d’évacuation d’eau, peut-être un autre édifice dédié au bain. Cela donne aux Bains hellénistiques de Mégara une épaisseur chronologique qui pourrait en modifier la lecture.

Fig. 2 - Les bains hellénistiques de Mégara Hyblaea.

Fig. 2 - Les bains hellénistiques de Mégara Hyblaea.

En rose, opus signinum à tesselles (état 3), en bleu opus signinum sans tesselles (état 2) et sol dallé (état 1).

H. Tréziny.

Fig. 3 - Mégara Hyblaea. Le bâtiment 41,6.

Fig. 3 - Mégara Hyblaea. Le bâtiment 41,6.

En bleu, bâtiment des IVe-IIIe s. En rose aménagements du milieu IIIe s.

H. Tréziny.

  • 1 Chronique 2010 dans MEFRA 123, 1, 2011, p. 326 ; Chronique en ligne 2012.

5Au sud-est de l’agora hellénistique, le petit bâtiment carré appelé « sanctuaire 41,6 » avait fait l’objet en 2010 de nouveaux nettoyages qui incitaient à y voir un atelier métallurgique1. Un réexamen complet de la documentation d’archive permet aujourd’hui d’en préciser l’histoire. Le bâtiment était en effet d’abord un atelier consacré sans doute à la métallurgie du fer (fin du IVe-début du IIIe s. av. J.-C.). Vers le second quart ou la moitié du IIIe s., l’atelier est abandonné ; sa façade sur l’agora est alors percée d’une porte ornée de pilastres et précédée d’un petit parvis semi-circulaire : il s’agit sans doute d’un bâtiment public, peut-être d’un sanctuaire, comme l’avaient proposé les fouilleurs. Au IIe s. av. J.-C., le seuil est surélevé et la pièce carrée devient l’entrée d’une maison qui comportait également un étage.

6Pierre Rouillard a commencé l’étude des céramiques attiques des Ve-IVe s. (fig. 4) et Claude Pouzadoux celle des céramiques à figures rouges sicéliotes et italiotes.

Fig. 4 - Mégara Hyblaea. Fragment de vasque de cratère en cloche attique (milieu du Ve siècle).

Fig. 4 - Mégara Hyblaea. Fragment de vasque de cratère en cloche attique (milieu du Ve siècle).

Retour d’Héphaïstos sur son mulet dans l’Olympe ; Dionysos tenant un canthare le précède ou l’attend. Cette scène, courante à cette époque se retrouve traitée dans un style voisin sur le skyphos de Toledo (Ohio) 82.88.

CVA, Toledo, 2, pl. 82-84 ; LIMC, IV, Hephaïstos 119 ; Cl. P. Rouillard.

7Priscilla Munzi et Laetitia Cavassa ont poursuivi l’étude des céramiques à vernis noir et communes d’époque hellénistique. Jean-Christophe Sourisseau et Lou de Barbarin ont travaillé sur les céramiques archaïques anciennes, en particulier les coupes du style de Thapsos et leurs imitations locales, ainsi que les séries de coupes locales subgéométriques, avec d’intéressants résultats sur les modules de ces vases.

8Henri Duday et Michel Gras, assistés de Reine-Marie Bérard, ont continué la préparation de la publication de la nécropole archaïque méridionale. De premiers résultats d’analyses C14 permettent de dater des tombes dépourvues de mobilier, certains sans doute très anciennes, d’autres probablement hellénistiques. Le collationnement des données planimétriques en vue de la rédaction du plan général de la nécropole Sud a permis à H. Tréziny de proposer de nouvelles hypothèses sur l’organisation spatiale de la nécropole et son insertion dans un possible cadastre rural, jusqu’ici totalement inconnu à Mégara Hyblaea.

  • 2 Mégara 5, p. 429.

9Les prospections géophysiques de l’Université de Bradford, menées cette année dans des conditions climatiques difficiles, ont cependant donné des résultats importants dans deux secteurs. Au sud de la ville le réseau des rues nord-sud a été mis en évidence dans le prolongement des rues du plateau nord (système des rues E), mais il semble s’articuler sur une rue oblique G orientée sud-ouest nord-est, en direction de la dépression de l’Arenella, et non nord-ouest sud-est comme on l’avait envisagé jusque là2.

  • 3 Mégara 5, p. 339-341.

10Au nord-ouest, une nouvelle couverture du village néolithique, dont nous avons suggéré naguère l’importance pour la localisation du grand sanctuaire urbain de Mégara3, a mis en évidence une et probablement deux portes s’ouvrant sur les côtés occidental et oriental du village (fig. 5).

Fig. 5 - Le village néolithique de Mégara Hyblaea. Prospections géophysiques.

Fig. 5 - Le village néolithique de Mégara Hyblaea. Prospections géophysiques.

Université de Bradford (2013).

11Cette découverte revêt une importance notable au moment où une équipe sicilienne (Anita Crispino et Massimo Cultraro) reprend l’étude du matériel néolithique trouvé par Orsi (1917-1928), puis par les fouilleurs de l’EFR en 1950 et 1952.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages cités dans le texte

Chronique 2010 = Chronique des activités archéologiques de l'École française de Rome 2010, dans MEFRA 123, 1, 2011.

Mégara 5 = M. Gras, H. Tréziny, H. Broise, Mégara Hyblaea. 5, La ville archaïque : l’espace urbain d’une cité grecque de Sicile orientale, Rome, 2005 (Collection de l'École française de Rome, 1/5)

Ouvrages parus en 2013

L. Guzzardi, Recenti dati di scavo e prospettive di ricerca a Megara Hyblaea e nel suo comprensorio, dans S. Bouffier et A. Hermary (éd.), L’Occident grec de Marseille à Mégara Hyblaea. Hommages à Henri Tréziny, Paris 2013 (Bibliothèque d'archéologie méditerranéenne et africaine, 13), p. 177-184.

L. Claquin et C. Capelli, Les braséros tripodes à Mégara Hyblaea : analyses typologiques et archéométriques, dans ibid., p. 185-201.

F. Mège, Bain et hygiène en contexte privé à Mégara Hyblaea : quelques exemples de salles de bain, dans ibid., p. 203-213.

H. Duday, R.-M. Bérard, J.-C. Sourisseau, Les vases en céramique utilisés comme réceptacles funéraires : sépultures primaires à inhumation ou dépôts secondaires à crémation ? Quelques réflexions à propos de la nécropole méridionale de Mégara Hyblaea, dans ibid. p. 215- 227.

Haut de page

Notes

1 Chronique 2010 dans MEFRA 123, 1, 2011, p. 326 ; Chronique en ligne 2012.

2 Mégara 5, p. 429.

3 Mégara 5, p. 339-341.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Mégara Hyblaea. Relevé du mur hellénistique 33,76B, réutilisant le mur archaïque 33,76A.
Crédits Fr. Mège.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1162/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Fig. 2 - Les bains hellénistiques de Mégara Hyblaea.
Légende En rose, opus signinum à tesselles (état 3), en bleu opus signinum sans tesselles (état 2) et sol dallé (état 1).
Crédits H. Tréziny.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1162/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 3 - Mégara Hyblaea. Le bâtiment 41,6.
Légende En bleu, bâtiment des IVe-IIIe s. En rose aménagements du milieu IIIe s.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1162/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4 - Mégara Hyblaea. Fragment de vasque de cratère en cloche attique (milieu du Ve siècle).
Légende Retour d’Héphaïstos sur son mulet dans l’Olympe ; Dionysos tenant un canthare le précède ou l’attend. Cette scène, courante à cette époque se retrouve traitée dans un style voisin sur le skyphos de Toledo (Ohio) 82.88.
Crédits CVA, Toledo, 2, pl. 82-84 ; LIMC, IV, Hephaïstos 119 ; Cl. P. Rouillard.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1162/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 5 - Le village néolithique de Mégara Hyblaea. Prospections géophysiques.
Crédits Université de Bradford (2013).
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1162/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Tréziny, « Mégara Hyblaea (Sicile) », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Sicile, mis en ligne le 14 avril 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://cefr.revues.org/1162

Haut de page

Auteur

Henri Tréziny

Université Aix-Marseille, CNRS, Centre Camille Jullian – treziny[at]mmsh.univ‐aix.fr

Articles du même auteur

  • Mégara Hyblaea (Sicile) [Texte intégral]
    Campagne d’études 2015
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Sicile
  • Mégara Hyblaea (Sicile) [Texte intégral]
    Campagne d’études 2014
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Sicile
  • Mégara Hyblaea (Sicile) [Texte intégral]
    Campagnes de fouilles 2012
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Sicile
  • Mégara Hyblaea (Sicile) [Texte intégral]
    Campagnes de fouilles 2011
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Sicile
Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org