Navigation – Plan du site
2013

Mégara Hyblaea (Sicile)

Campagnes de fouilles 2012
Henri Tréziny
École française de Rome, Centre Camille Jullian, Parco archeologico di Leontinoi

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Ont participé aux campagnes 2012 Henri Duday (PACEA, CNRS / Bordeaux 1), Michel Gras (Paris 10 / CNRS, ArScAn), Jean-Christophe Sourisseau (Aix-Marseille Université, Centre Camille Jullian), Henri Tréziny (AMU/ CNRS, CCJ), Claude Pouzadoux (Centre Jean Bérard, CNRS / EFR), Priscilla Munzi (CJB, CNRS / EFR), Laetitia Cavassa (CJB, CNRS/EFR), Giuseppina Stelo (CJB, CNRS/EFR), Ian Armit (Bradford Univ.), Christopher Gaffney (Bradford Univ.), Tom Sparrow (Bradford Univ.), Reine-Marie Bérard (doctorante, Paris 1), Frédéric Mège (doctorant, AMU, CCJ), Lou de Barbarin (Master 2, AMU), Chloé Chaigneau (Master 1, Paris 1).

Texte intégral

1Cette année encore, l’activité de l’École française de Rome à Mégara Hyblaea a porté essentiellement sur la publication des fouilles anciennes : nécropoles archaïques, ville hellénistique, céramiques archaïques, ainsi que sur le développement des prospections géophysiques sur l’ensemble de l’habitat archaïque et hellénistique. Nous remercions beaucoup pour leur appui la directrice du Parco archeologico di Leontinoi e delle aree archeologiche di Lentini e dei comuni limitrofi, M. Musumeci, de qui dépend directement le site de Mégara Hyblaea, la Surintendance de Syracuse, et le Musée archéologique régional Paolo Orsi (B. Basile et A. Crispino) pour l’étude des matériels déposés au musée.

2Outre les financements habituels de l’École française de Rome, la mission a bénéficié (en 2012-2013) d’une aide substantielle de la fondation américaine Shelby White – Leon Levy (Université de Harvard) pour la publication de la ville hellénistique et d’aides ponctuelles de l’UMR 5199 (Bordeaux), de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (Bordeaux), de l’UMR 5248 (Bordeaux), de l’UMR 7041 (Nanterre / Paris 1) et du Centre Camille Jullian (Aix-Marseille).

3H. Tréziny a poursuivi avec Fr. Mège la rédaction de l’atlas de la ville hellénistique. Les études ont porté cette année au nord de l’agora sur le temple hellénistique, dont la date se confirme autour du milieu du IIIe s. av.-C., et pour lequel on s’orienterait vers une double dédicace, à Zeus Olympien et à Aphrodite. Une fosse-bothros semble en occuper le centre (fig. 1, n° 130).

Fig. 1 - Mégara Hyblaea. Temple hellénistique au Nord de l’agora.

Fig. 1 - Mégara Hyblaea. Temple hellénistique au Nord de l’agora.

H. Tréziny.

4À l’ouest de la place, un réexamen des constructions hellénistiques autour de l’édifice archaïque appelé « hérôon » suggère que le bâtiment, quoique détruit par les constructions ultérieures, a laissé dans le paysage une trace visible, ce qui expliquerait sa position centrale dans le dispositif de l’agora dans la deuxième moitié du IIIe siècle.

Fig. 2 - Mégara Hyblaea. L’hérôon archaïque (en grisé) dans l’axe de l’agora hellénistique.

Fig. 2 - Mégara Hyblaea. L’hérôon archaïque (en grisé) dans l’axe de l’agora hellénistique.

H. Tréziny.

5On a également progressé dans la compréhension d’un ensemble de structures à vocation artisanale qui occupent la partie sud-est de l’agora hellénistique (fig. 3).

Fig. 3 - Mégara Hyblaea. Secteur artisanal au Sud-est de l’agora hellénistique.

Fig. 3 - Mégara Hyblaea. Secteur artisanal au Sud-est de l’agora hellénistique.

H. Tréziny.

6En 2009-2010, un réexamen du « sanctuaire hellénistique » 41,6, situé sur l’agora à l’angle des rues hellénistiques D1 et D4, avait montré qu’il s’agissait en fait d’un atelier métallurgique actif sans doute entre la fin du IVe s. et le courant du IIIe s. Plus au sud, P. Lanos et G. Hervé (CNRS, Rennes) ont pu dater par archéomagnétisme deux fours dits « hellénistiques ». Le premier, 50,92, a cessé de fonctionner entre la fin du VIe et le début du IVe s. : il est donc d’époque classique et entre dans le corpus, aujourd’hui important, des artefacts de cette période à Mégara Hyblaea. Le second, 50,73, a cessé de fonctionner entre 425 et 275, plus probablement vers 275 comme le montre le remplissage d’un puits situé à proximité. Ce puits (8 de 1965 = 50,95) contenait des déchets de cuisson et des distanciateurs, ainsi qu’un matériel daté dans la première moitié du IIIe s. (P. Munzi, L. Cavassa).

Fig. 4 - Mégara Hyblaea. Four 8 de 1965.

Fig. 4 - Mégara Hyblaea. Four 8 de 1965.

De haut en bas, skyphoi présentant des problèmes de cuisson, surcuits de jattes en céramique commune, séparateurs circulaires utilisés dans les fours de potiers.

Photos et dessin Centre Jean Bérard.

7La zone artisanale au sud-est de l’agora aurait donc cessé de fonctionner dans la première moitié du IIIe s., au moment où, vers 250, se monumentalise l’agora hiéronienne. Cette date correspond également à la date de construction du nouveau rempart et, on l’a vu, à celle du temple hellénistique.

8L’étude en cours des céramiques figurées de production sicéliote (Cl. Pouzadoux) confirme la présence de ces productions à partir du dernier quart du Ve s. (fig. 5). C’est un autre élément important pour l’étude de la continuité d’occupation du site.

Fig. 5 - Mégara Hyblaea. Fragments attribué au peintre de l’Échiquier (à g.) et au peintre de Santapaola (à dr.), dernier quart du Ve s.

Fig. 5 - Mégara Hyblaea. Fragments attribué au peintre de l’Échiquier (à g.) et au peintre de Santapaola (à dr.), dernier quart du Ve s.

Photo C. Pouzadoux.

9La révision systématique des matériels dans les magasins a mis en évidence quelques séries intéressantes, comme des mesures hellénistiques pour le grain, mais aussi des mesures pour liquides, rarement attestées en Sicile (H. Tréziny), une abondante collection de loutéria et arulae à décor architectural (F. Mège) et une impressionnante série de meules de l’époque archaïque à l’époque romaine (C. Chaigneau).

10L’étude des céramiques archaïques dont une classification préliminaire avait été faite par Fr. Villard s’est poursuivie sous la direction de J.-C. Sourisseau, avec un réexamen du matériel actuellement conservé au Musée de Syracuse. L. de Barbarin étudie actuellement les céramiques de « technique B », notamment la fameuse céramique polychrome, point de départ d’une révision des fabriques locales mégariennes.

Fig. 6 - Mégara Hyblaea. Le dinos aux tireurs de corde, céramique mégarienne polychrome, milieu du VIIe s.

Fig. 6 - Mégara Hyblaea. Le dinos aux tireurs de corde, céramique mégarienne polychrome, milieu du VIIe s.

Photo J.-C. Sourisseau.

11Cette réflexion permettra de proposer au Musée de Syracuse une nouvelle présentation du dinos aux « tireurs de corde », énigmatique chef d’œuvre de la céramique mégarienne.

12La publication de la nécropole archaïque méridionale (H. Duday, M. Gras) a considérablement progressé, avec le concours de R.-M. Bérard, J.-C. Sourisseau, H. Tréziny. Il a été possible (H. Duday, R.-M. Bérard) de recomposer et dessiner 700 vases très éclatés, qui n’avaient pas été pris en compte dans les premiers inventaires, et qui modifient parfois sensiblement la date des dépôts. De nombreuses observations de détail sur l’encroûtement des parois permettent de préciser la position des vases dans la tombe, et donc de mieux distinguer inhumations d’enfants (enchytrismes) et tombes à incinération (fig. 7).

Fig. 7 - Mégara Hyblaea. Amphore corinthienne A de la fin du VIIIe siècle, avec le volet découpé dans la panse (tombe A55).

Fig. 7 - Mégara Hyblaea. Amphore corinthienne A de la fin du VIIIe siècle, avec le volet découpé dans la panse (tombe A55).

Photo M. Cébeillac-Gervasoni.

13L’étude des amphores (J.-C. Sourisseau) suggère que les tombes de la fin du VIIIe s. sont sans doute plus nombreuses qu’on ne l’envisageait. Enfin R.M. Bérard a travaillé plus particulièrement sur les tombes d’enfants, dans le cadre de sa thèse et de l’ANR « L’enfant et la mort dans l’Antiquité ». On signalera quelques rares fragments d’un coffre en marbre polychrome, sans doute élément d’un monument funéraire (fig. 8), qui rappelle que la nécropole méridionale, très ruinée, devait posséder une architecture monumentale visible en surface, comme le démontre le kouros de Sombrotidas.

Fig. 8 - Mégara Hyblaea. Fragment de coffre en marbre provenant de la nécropole sud.

Fig. 8 - Mégara Hyblaea. Fragment de coffre en marbre provenant de la nécropole sud.

Photo H. Tréziny.

14La présence de tombes d’époque classique et hellénistique, bien qu’assez rare, apporte une nouvelle dimension chronologique à la nécropole méridionale : elle devra être précisée, notamment pour les tombes sans mobilier, par des analyses C14, actuellement en cours. On a pu également montrer que la route « tardive » fouillée par M. Gras en 1974 remontait sans doute à l’époque hellénistique.

15La prospection géophysique des villes archaïque et hellénistique, commencée en 2008-2010 avec Géocarta, s’est poursuivie en 2011-2012 avec l’Université anglaise de Bradford (Ian Armit, Christopher Gaffney, Tom Sparrow) (fig. 9).

Fig. 9 - Le plateau nord de Mégara Hyblaea. Principaux résultats des prospections géophysiques depuis 2008.

Fig. 9 - Le plateau nord de Mégara Hyblaea. Principaux résultats des prospections géophysiques depuis 2008.

Géocarta et Université de Bradford, dessin Tréziny sur photo Google Earth.

16La superposition de structures archaïques, hellénistiques et romaines rend particulièrement délicate l’étude de la ville hellénistique. Néanmoins, la prospection magnétique menée en 2011 a donné des résultats très intéressants. La rue B est-ouest et les rues nord-sud D7, D8, D9, D10 sont clairement visibles, au moins au sud de la rue B. Cela signifie sans doute que les rues hellénistiques étaient dans ce secteur parfaitement superposées aux rues archaïques , et confirme donc que la ville hellénistique n’est pas un établissement « nouveau », mais la simple continuation de la ville archaïque, sans modification sensible du plan d’urbanisme. Par contre, l’interruption de la rue D9 au nord de la rue B suggère l’élargissement de certains îlots, sans doute à une époque relativement tardive (IIe-Ier s. ?) que seule la fouille permettrait de préciser. Cette prospection confirme également que le réseau des rues D archaïques se poursuivait à l’est de l’agora jusqu’à la mer.

17Une autre prospection faite dans la ville archaïque, à l’ouest de la voie ferrée, autour du « tempietto B », a également révélé l’extension du tissu urbain archaïque : la rue B, mais aussi les rues nord-sud E1 à E4 à l’Est du tempietto, E7 à E11 à l’ouest (prospection électrique à basse définition). Des prospections électrique à haute définition et magnétique ont permis de préciser dans la zone centrale l’axe médian des îlots et certaines limites de lots. Les méthodes adoptées en 2012 paraissant particulièrement adaptées au terrain, on espère pouvoir les utiliser sur une plus vaste échelle à partir de 2013 pour progresser dans la compréhension du plan urbain et sans doute de sa genèse. S’il n’est pas possible à ce stade de faire des mesures précises sur les lots et les îlots, la dimension moyenne des îlots semble être de 23,50 m environ, ce qui confirme les mesures faites en 2006 à l’arrière de la porte archaïque ouest, assez loin des 25 m du secteur de l’agora.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Mégara Hyblaea. Temple hellénistique au Nord de l’agora.
Crédits H. Tréziny.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 2 - Mégara Hyblaea. L’hérôon archaïque (en grisé) dans l’axe de l’agora hellénistique.
Crédits H. Tréziny.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1013/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 3 - Mégara Hyblaea. Secteur artisanal au Sud-est de l’agora hellénistique.
Crédits H. Tréziny.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1013/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 13M
Titre Fig. 4 - Mégara Hyblaea. Four 8 de 1965.
Légende De haut en bas, skyphoi présentant des problèmes de cuisson, surcuits de jattes en céramique commune, séparateurs circulaires utilisés dans les fours de potiers.
Crédits Photos et dessin Centre Jean Bérard.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1013/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Titre Fig. 5 - Mégara Hyblaea. Fragments attribué au peintre de l’Échiquier (à g.) et au peintre de Santapaola (à dr.), dernier quart du Ve s.
Crédits Photo C. Pouzadoux.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1013/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 6 - Mégara Hyblaea. Le dinos aux tireurs de corde, céramique mégarienne polychrome, milieu du VIIe s.
Crédits Photo J.-C. Sourisseau.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1013/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Titre Fig. 7 - Mégara Hyblaea. Amphore corinthienne A de la fin du VIIIe siècle, avec le volet découpé dans la panse (tombe A55).
Crédits Photo M. Cébeillac-Gervasoni.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1013/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 8 - Mégara Hyblaea. Fragment de coffre en marbre provenant de la nécropole sud.
Crédits Photo H. Tréziny.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1013/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 4,9M
Titre Fig. 9 - Le plateau nord de Mégara Hyblaea. Principaux résultats des prospections géophysiques depuis 2008.
Crédits Géocarta et Université de Bradford, dessin Tréziny sur photo Google Earth.
URL http://cefr.revues.org/docannexe/image/1013/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Tréziny, « Mégara Hyblaea (Sicile) », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Sicile, mis en ligne le 25 septembre 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://cefr.revues.org/1013

Haut de page

Auteur

Henri Tréziny

Université Aix‐Marseille / CNRS, Centre Camille Jullian, treziny[at]mmsh.univ‐aix.fr

Articles du même auteur

  • Mégara Hyblaea (Sicile) [Texte intégral]
    Campagne d’études 2015
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Sicile
  • Mégara Hyblaea (Sicile) [Texte intégral]
    Campagne d’études 2014
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Sicile
  • Mégara Hyblaea (Sicile) [Texte intégral]
    Campagnes de fouilles 2013
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Sicile
  • Mégara Hyblaea (Sicile) [Texte intégral]
    Campagnes de fouilles 2011
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Sicile
Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org